Passer au contenu principal

Euro 2016Hooligans russes: des «combattants qui tuent»

Le président ukrainien Petro Porochenko a vivement critiqué mardi les participants russes aux rixes autour des stades.

Un hooligan russe de 31 ans, soupçonné d'avoir participé au tabassage d'un supporter anglais, a été extradé depuis l'Allemagne et placé en détention provisoire en France. (Archives) (Lundi 12 mars 2018)
Un hooligan russe de 31 ans, soupçonné d'avoir participé au tabassage d'un supporter anglais, a été extradé depuis l'Allemagne et placé en détention provisoire en France. (Archives) (Lundi 12 mars 2018)
Keystone
Le ministre français de l'Intérieur Bernard Cazeneuve estime que l'Euro 2016 a été une réussite sur le plan sécuritaire. (Lundi 11 juillet 2016).
Le ministre français de l'Intérieur Bernard Cazeneuve estime que l'Euro 2016 a été une réussite sur le plan sécuritaire. (Lundi 11 juillet 2016).
Regis Duvignau, Reuters
Policemen secure a street as France supporters celebrate on the Champ Elysees after France won the Euro 2016 semi-final football match against Germany on the Champs Elysees in Paris, on July 7, 2016.   / AFP PHOTO / PHILIPPE LOPEZ
Policemen secure a street as France supporters celebrate on the Champ Elysees after France won the Euro 2016 semi-final football match against Germany on the Champs Elysees in Paris, on July 7, 2016. / AFP PHOTO / PHILIPPE LOPEZ
Keystone
1 / 41

Les hooligans russes responsables de graves violences en marge du match Angleterre-Russie de l'Euro le 11 juin à Marseille étaient des «combattants entraînés, qui tuent». C'est ce qu'a affirmé mardi le président ukrainien Petro Porochenko, selon une traduction de ses propos sur la chaîne iTÉLÉ.

«Je n'exclus pas qu'ils aient été préparés. C'étaient des combattants entraînés, qui tuent», a accusé M. Porochenko sur cette chaîne d'information française en continu, peu avant une rencontre officielle avec le président français François Hollande. «Un supporter anglais a perdu la vie», dans ces rixes entre supporters qui ont choqué le monde entier et assombri le début de l'Euro 2016, a affirmé le président ukrainien. En fait, les violences ont fait 35 blessés, principalement anglais, dont deux très grièvement touchés, qui sont toujours dans le coma, «dans un état stable», a-t-on appris mardi de source proche du dossier. Trois supporters russes ont été condamnés à de la prison ferme pour ces violences et 20 autres ont été expulsés du territoire français.

La participation de l'Ukraine - pays qui avait organisé l'Euro en 2012 avant d'être déchiré par un conflit séparatiste - à cette compétition européenne représente «une force puissante, qui unit le pays», a par ailleurs estimé Petro Porochenko. «Malheureusement notre équipe (réd: déjà éliminée) n'a pas été très heureuse», a-t-il regretté.

si

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.