Passer au contenu principal

Manuel Neuer, un phénomène, un paradigme

Le portier allemand, considéré comme le meilleur gardien du monde, sera l'atout numéro un de la Mannschaft face aux Bleus.

L'équipe victorieuse arrive en bus sur la Place du Marquis de Pombal, à Lisbonne. (Lundi 11 juillet 2016)
L'équipe victorieuse arrive en bus sur la Place du Marquis de Pombal, à Lisbonne. (Lundi 11 juillet 2016)
Rafael Marchante, Reuters
Les joueurs de la Selecçao sont acclamés par le public à Alameda D. Afonso Henriques, dans la capitale. (Lundi 11 juillet 2016)
Les joueurs de la Selecçao sont acclamés par le public à Alameda D. Afonso Henriques, dans la capitale. (Lundi 11 juillet 2016)
EPA/ANTONIO COTRIM, Keystone
Les supporters français attendaient ce match d'ouverture avec impatience (Vendredi 10 juin 2016).
Les supporters français attendaient ce match d'ouverture avec impatience (Vendredi 10 juin 2016).
Keystone
1 / 96

«On ne peut faire que des éloges sur ce gardien.» Hugo Lloris, comme à peu près la planète football dans son ensemble, est conquis par Manuel Neuer, à qui il fera face jeudi à Marseille, en demi-finale de l'Euro 2016. Le portier de la Mannschaft a véritablement modifié le paradigme.

L'acte officiel de naissance de ce poste d'un genre nouveau, le «gardien libéro», est daté du 30 juin 2014 et d'un huitième de finale de la Coupe du monde péniblement remporté 2-1 par l'Allemagne contre l'Algérie. Une partie qui a vu un Manuel Neuer évoluer très souvent loin de ses buts et, de ce fait, régulièrement intervenir au pied pour couper les offensives des Fennecs.

«Il désamorce beaucoup de situations et nous aide énormément», estimait récemment Jérôme Boateng, l'un des défenseurs centraux de la Mannschaft. Une caractéristique dont on ne sait pas vraiment si elle a été imposée naturellement par Neuer ou alors si elle est le fruit de la volonté des entraîneurs ayant vu, en ce gardien, l'outil idéal pour rafraîchir le cahier des charges du poste.

Une chose est certaine, Joachim Löw, le sélectionneur, demande à Neuer d'adopter cette position très avancée. D'ailleurs, les exercices favorisant cette option constituent une bonne partie du programme concocté par Andreas Köpke, l'ancien international désormais entraîneur des gardiens de la sélection.

Mais une autre chose est certaine également, un tel style comporte des risques. En témoigne cette mésentente entre Neuer et Shkodran Mustafi à la 88e minute du premier match contre l'Ukraine qui a failli accoucher d'un autogoal gag, alors que le score était de 1-0 (2-0 au final).

Boateng avait pourtant sans doute prévenu son coéquipier, lui qui sait mieux que quiconque l'attitude à adopter avec le phénomène qu'il fréquente à longueur d'année au Bayern. «Je dois être prudent quand je veux donner le ballon derrière, reconnaissait le défenseur, car Manuel est peut-être déjà devant moi, en route vers la ligne du milieu...»

Néanmoins, même s'il n'est jamais exclu que ce pari puisse coûter un but, le bilan général est largement favorable. Pour bien se rendre compte de ce qu'apporte le portier au jeu offensif de son équipe, peut-être suffit-il de se pencher sur les statistiques de la dernière Ligue des champions. Neuer a joué 11 matches, touchant en moyenne 42 ballons par rencontre, dont 31 passes. Avec un taux de réussite plus qu'admirable pour un homme d'abord payé pour la qualité de ses mains: 81,5% de ses passes sont arrivées à destination, un chiffre qui s'élève encore à 49,6% dans le jeu long...

Alors, au fil de ses conquêtes, Neuer a indiscutablement fait évoluer le rôle d'un gardien de but. «Plus besoin de le présenter, il est une des références à ce poste», acquiesce Hugo Lloris.

Mais l'ancien junior de Schalke n'est pas bon qu'avec ses pieds, loin s'en faut. Déjà décisif dans la campagne victorieuse au Mondial 2014 - notamment à plusieurs reprises face à Lionel Messi en finale -, l'Allemand a évité des situations fort délicates à la Mannschaft durant cet Euro. En entrée contre l'Ukraine, en sortant le grand jeu sur des tentatives de Konoplyanka et Khacheridi, mais aussi par la suite du tournoi.

Il ne faut pas oublier que, face à la Slovaquie en huitième de finale (3-0), Neuer a ressuscité sur une tête de Kucka la scène mythique du Mondial 1970 entre Gordon Banks et Pelé. Les deux équipes en étaient alors à 1-0 et, deux minutes après le fantastique arrêt, la Mannschaft a doublé la mise.

Et que dire du rôle du portier en quart contre l'Italie? En s'interposant dans les tirs au but devant Bonucci et Darmian, Neuer a été un des principaux artisans de la qualification pour les demi-finales. L'Allemagne n'a plié qu'une seule fois en cinq matches durant cet Euro, sur un... penalty de Bonucci.

De quoi décourager les Bleus? Pas sûr, puisque six des vingt-trois Français ont déjà marqué au moins une fois face à Neuer: Evra, Giroud, Gignac, Koscielny, Pogba et Griezmann. Ce dernier y est même parvenu récemment, le 3 mai. Un but qui a éliminé le Bayern et qualifié l'Atletico pour la... finale de la Ligue des champions.

(si)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.