A Marseille, les Bleus veulent changer le cours de l’histoire

Football - Euro 2016La France affronte l'Allemagne, jeudi soir en demi-finale, à Marseille.

Parmi les individualités fortes de cet Euro, Antoine Griezmann aura-t-il encore l’occasion de jubiler sans retenue d’ici dimanche?

Parmi les individualités fortes de cet Euro, Antoine Griezmann aura-t-il encore l’occasion de jubiler sans retenue d’ici dimanche? Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Ce soir, la France aura sa réponse. Les Tricolores sauront enfin si leur potentiel est suffisamment important pour se hisser en finale de cet Euro qu’ils organisent. Après de longs mois de préparation et trois semaines d’une mise en route parfois laborieuse, ils voient se dresser devant eux cette équipe d’Allemagne qui, depuis quelques saisons, représente la mesure étalon du football mondial. S’ils parviennent à battre la Mannschaft, qui d’autre pourrait alors empêcher Didier Deschamps et ses hommes de devenir champions d’Europe? Marseille vit dans l’effervescence. Les autorités ont annoncé que tous les moyens de transport qui convergent vers la deuxième ville de France affichaient complet. Il fera très chaud au Stade Vélodrome, pour cette affiche qui s’inscrit dans une actualité qui suscite beaucoup d’espoir chez les Bleus. Malgré les questions qui nourrissent le débat dans tout l’Hexagone. En voici quatre pour mieux cerner le contexte de cette confrontation attendue avec impatience, mais aussi un soupçon d’inquiétude.

A la fin, est-ce toujours l’Allemagne qui gagne?

Séville 1982, Guadalajara 1986, deux matches pour l’histoire et surtout deux défaites pour la France de la génération Platini. C’était en Coupe du monde, à hauteur des demi-finales. S’il n’est jamais vain de raviver quelques souvenirs (fussent-ils douloureux), pour prendre la mesure de la rivalité qui oppose les deux pays, on peut aussi estimer que leur portée reste limitée pour les joueurs actuels, puisque la plupart n’étaient tout simplement pas nés. En revanche, le rendez-vous brésilien de 2014 a beaucoup plus de sens. Au Maracanã de Rio, en quart de finale du dernier Mondial, la France avait en effet longtemps cru en ses chances. Mais un coup de tête de Hummels avait permis au futur champion de faire la petite différence. Si l’on excepte Lahm ou Klose, la majorité des joueurs allemands sont encore présents. C’est un peu moins vrai côté français, avec cinq des titulaires d’alors qui devraient débuter ce soir (Lloris, Evra, Pogba, Matuidi et Griezmann). «Il ne s’agit pas d’une revanche, mais simplement d’un match important», assure Antoine Griezmann, soucieux de dédramatiser le rendez-vous. On se souvient pourtant que l’attaquant avait fondu en larmes au coup de sifflet final. La France serait-elle maudite face à l’Allemagne?

Deschamps aussi fort que Löw?

Bien sûr, le match concerne aussi les deux entraîneurs. Didier Deschamps (47 ans) et Joachim Löw (56) n’ont pas eu des parcours aussi prestigieux. Si le Français peut s’appuyer sur une superbe carrière de joueur, ainsi qu’une belle période d’entraîneur de club (Monaco, Juventus, Marseille), ce qui n’est pas le cas de son collègue allemand, il accuse encore un certain retard au niveau de la sélection. Il faut ainsi rappeler que Löw a pleinement contribué au renouveau de l’équipe d’Allemagne. Après le sévère échec de l’Euro 2000 (élimination dès le premier tour), le foot germanique s’est remis en question, notamment au niveau de la formation. L’arrivée de Jürgen Klinsmann a brisé la vieille image qui collait à la peau de l’Allemagne (jeu basé d’abord sur la puissance et l’endurance); elle a donné une nouvelle orientation, avec plus de créativité, de vitesse et de technique. Löw – qui fut son assistant – a pris le relais en 2006, amenant ses propres idées, concrétisées par le titre mondial obtenu au Brésil (2014). Alors DD aussi fort que «Jogi»? Pas tout à fait ou pas encore. L’explication de ce soir permettra de mieux évaluer les progrès accomplis par un Deschamps – en poste depuis 2012 – apparu souvent hésitant dans ses choix.

Griezmann, un joueur au-dessus dans cet Euro?

Dans chaque tournoi, il y a les joueurs qu’on attend et ceux qui se révèlent. Antoine Griezmann appartient en quelque sorte aux deux catégories. A 25 ans, l’attaquant confirme son talent exceptionnel. Excellent depuis deux saisons avec l’Atlético Madrid, il est devenu, en quelques semaines, l’atout maître des Bleus. Efficace et élégant, il représente aujourd’hui la pièce centrale de l’impressionnant arsenal offensif tricolore. Depuis que le coach l’a repositionné dans l’axe, en soutien de Giroud, Griezmann a retrouvé ses sensations madrilènes. Passeur, buteur (4), il est l’une des individualités fortes de cet Euro. Il pourrait en devenir la figure marquante.

Deux trajectoires qui se croisent?

Sûre de son identité et toujours joueuse, l’Allemagne a laissé jusque-là la meilleure impression. Même si elle paraît moins tranchante qu’en 2014, elle se pose encore clairement en candidate pour le titre. Du moins c’était le cas jusqu’à son quart de finale contre l’Italie. Depuis, la suspension de Hummels ainsi que les forfaits de Khedira et de Gomes – si important comme point d’ancrage en attaque – sont venus perturber sa marche en avant. L’incertitude concernant Schweinsteiger (touché à un genou) finit d’assombrir le tableau. «La peur ne fait pas partie des sentiments qu’on éprouve dans cette équipe», assure Thomas Müller. Joachim Löw n’en est pas moins réduit à recomposer. Avec l’homme à tout faire Höwedes en défense, avec Can ou peut-être le jeune Weigle à mi-terrain, et encore Götze devant, Müller jouant alors en pointe. La stabilité sera-t-elle ainsi conservée? De son côté, la France est suspendue aux options de son sélectionneur. Il a pas mal brassé ses cartes, mais il pourrait cette fois-ci être tenté de conserver une organisation (4-2-3-1) qui lui permet d’exploiter au mieux sa magnifique force de frappe. La France semble donc aller crescendo dans cet Euro. Elle doit maintenant en apporter une nouvelle preuve. La plus compliquée, la plus belle aussi.

Créé: 07.07.2016, 08h25

Articles en relation

Solide et calculateur, le Portugal s’offre la finale

Euro 2016 Cristiano Ronaldo fait le nécessaire contre un Pays de Galles à bout de souffle. Le minimum a suffi dans un match sans relief. Plus...

Santos: «Une finale ne se joue pas, elle se gagne»

Euro 2016 Le sélectionneur portugais espère une fin heureuse pour le Portugal dimanche soir au Stade de France. Plus...

«La France monte en puissance. Elle va passer contre l'Allemagne!»

Euro 2016 Après leur démonstration contre l'Islande, les «Bleus» débordent de confiance. Yves Débonnaire ne les imagine pas tomber jeudi soir en demi-finales de l'Euro. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.