Le minimalisme froid contre l'euphorie

Euro 2016Le Portugal va rencontrer pour la première fois de son histoire le Pays de Galles, mercredi.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le Portugal et le Pays de Galles se souviendront probablement longtemps du premier match officiel de l'histoire qui les opposera, mercredi à Décines-Charpieu, en demi-finale de l'Euro 2016. Une rencontre que la Seleção, malgré ce que l'on pense d'elle, abordera légèrement favorite.

Reste toutefois à savoir quel projet l'emportera: le minimalisme froid reposant sur une impressionnante solidité, marque de fabrique de la sélection de Fernando Santos, ou alors l'euphorie collective des Dragons de Chris Coleman. «Nous sommes prêts, il ne reste plus qu'un match avant la finale!», a scandé avec force le défenseur Jose Fonte.

Individuellement, les Gallois accusent un déficit de talent, surtout qu'ils seront privés d'Aaron Ramsey (suspendu) et devront donc s'en remettre à Gareth Bale, tout en espérant que Joe Allen continue d'être meilleur que jamais. Ramsey sera normalement remplacé au milieu de terrain par Jonny Williams (Crystal Palace) tandis que l'autre suspendu, le défenseur Ben Davies, devrait l'être par James Collins (West Ham) ou Ashley Richards (Fulham).

Force du collectif

«Si on parle de la force de cette équipe en ce moment, c'est justement parce que nous sommes vingt-trois, martèle le capitaine Ashley Williams. Nous savons que tous nos joueurs peuvent le faire.»

Bale s'est entraîné avec tout le groupe mardi, au lendemain d'une séance individuelle mise sur pied pour soulager les courbatures que le Madrilène continuait de ressentir après le quart contre la Belgique.

Le duel entre les deux stars du Real Madrid, Bale et Cristiano Ronaldo, sera bien évidemment au coeur de l'attention. Encore plus quand on se souvient que les deux hommes entretiennent des relations parfois tumultueuses dans leur club. «Mais aucun des deux ne jouera pour le Ballon d'Or, ils joueront pour aller en finale», précise Fernando Santos.

Alors qu'on accuse parfois Ronaldo de desservir le Portugal par son attitude, le comportement de Bale est loué par tous. Dans son sillage, ce sont tous les Gallois qui ont réussi à hausser leur niveau, d'habitude assez moyen. Présent sur 82% des buts de sa sélection lors des éliminatoires, l'attaquant a vu sa statistique chuter à 42% dans le tournoi. Preuve qu'il n'est plus le seul à porter le poids des responsabilités, mais qu'une prise de conscience généralisée a bien eu lieu.

Pas en vacances

Chris Coleman avait prévenu ses ouailles avant le début de l'Euro, en leur assurant qu'un quart de finale était envisageable. «Je pensais, sans arrogance, que l'on pouvait sortir de notre poule, détaille-t-il. Après, c'était difficile à dire puisque je ne savais pas sur qui on allait tomber en huitième de finale. Mais une chose était sûre: nous ne venions pas en France pour les vacances !»

Tant mieux, car affronter le Portugal est tout sauf une sinécure. On peut reprocher ce que l'on veut à la Seleção, elle demeure un énorme morceau pour tous ses adversaires. La Croatie (1-0 ap) et la Pologne (1-1 ap, 5-3 tab) ont échoué, et cela en dit long sur la rigueur défensive de l'équipe de Fernando Santos, spécialiste en la matière.

Le fait que Pepe, l'homme-clé du dispositif s'entraîne depuis lundi à part en raison d'une douleur musculaire est en ce sens terriblement angoissant. «Je ne vous dirai rien à ce sujet, vous devrez vous creuser la tête toute la nuit, a répondu Santos. Moi, je dormirai bien car j'ai d'autres joueurs qui peuvent remplacer Pepe.»

Quel Ronaldo?

Mais ce que le Portugal attend, et ce que les suiveurs de l'Euro attendent, c'est de voir enfin Cristiano Ronaldo à son vrai niveau. CR7 a connu une bonne période dans le tournoi, en enchaînant deux prestations décisives (deux buts et un assist contre la Hongrie puis architecte de la réalisation face à la Croatie), mais a traversé le quart de finale contre la Pologne tel un fantôme.

Contraint, dans ce système, de jouer souvent dos au but, le triple Ballon d'Or est souvent utilisé à contre-emploi. Et se retrouve très esseulé tandis que les Nani et Quaresma n'arrivent pas à véritablement l'épauler.

Mais ni la Seleção ni sa star n'ont le choix: ils doivent faire avec. Un peu en suivant le proverbe portugais qu'avait exporté un jour hors des frontières José Mourinho en taclant Karim Benzema: quand tu n'as pas de chien, tu vas à la chasse avec un chat. Ce qui ne signifie pas pour autant que le félin est inoffensif. (si/nxp)

Créé: 05.07.2016, 20h54

Articles en relation

Quaresma envoie le Portugal en demi-finale

Euro 2016 A Marseille, le Portugal a battu la Pologne 5-3 aux tirs au but en quart de finale. Revivez la soirée. Plus...

Galerie photo

L'Euro 2016 de la Nati en images

L'Euro 2016 de la Nati en images Retrouvez toutes les étapes de la préparation et de la compétition de la Suisse en France.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.