Ronaldo versus Bale: la défaite interdite

Euro 2016Fers-de-lance du Real Madrid, les deux attaquants se feront face, mercredi en demi-finale. L'endroit idéal pour régler leur rivalité.

Gareth Bale, à gauche, et Cristiano Ronaldo.

Gareth Bale, à gauche, et Cristiano Ronaldo. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Dans l'esprit de Cristiano Ronaldo, il ne peut y avoir qu'un seul roi. Et ce ne peut être que lui. Pas Lionel Messi, pas Gareth Bale. Alors le Portugais, machine à gagner, ne veut pas laisser passer l'occasion. Alors que l'Argentin a échoué en finale de la Copa America et s'est empêtré dans un psychodrame sur fond de retraite internationale, CR7 peut faire d'une pierre deux coups. Remporter un titre avec sa sélection - ce que n'a jamais fait Messi - et éliminer son encombrant coéquipier merengue.

Dans ce monde de la communication maîtrisée, Ronaldo et Bale n'ont eu de cesse de répéter qu'ils s'entendaient bien. Chris Coleman, le sélectionneur du Pays de Galles, a même déclaré voici deux jours qu'il était persuadé que les deux attaquants «arriveraient à mettre leur amitié de côté pour ce match». Il le feront sans peine, c'est une certitude...

Difficile de croire que les deux Madrilènes sont amis, notamment en se souvenant des violentes insultes proférées par le Portugais à l'encontre du Gallois un soir de janvier 2015, quand ce dernier avait préféré jouer sa carte personnelle plutôt que de donner le ballon au premier. Bien sûr, en début d'année, Gareth Bale a accrédité la thèse de l'idylle glamour dans un long entretien au «Times». «Ronaldo parle anglais, ce qui m'a beaucoup aidé quand je suis arrivé à Madrid. Il vient de la Premier League et cela nous unit. Nous nous entendons vraiment bien. La presse écrit beaucoup de choses qui disent le contraire, mais nous n'avons aucun problème.»

Le Gallois est même allé jusqu'à défendre Ronaldo et son attitude clivante. «Il est très capricieux sur le terrain, tout le monde le sait. Mais quand tu es la star de l'équipe, tu dois être un peu égoïste.»

Là se situe le coeur du débat, cristallisant les positions d'un Ronaldo vu comme un égocentrique qui inhibe sa Seleção et d'un Bale considéré comme une locomotive au service du collectif des Dragons qu'il sublime. Une lecture très (trop) manichéenne, sans doute.

Certes, Ronaldo est Ronaldo. Comme bien d'autres vedettes, il supporte mal de devoir partager les feux de la rampe. Le transfert de Bale de Tottenham au Real Madrid, en 2013, illustre bien le propos. Anticipant bien le problème que poserait à CR7 le fait de ne plus être le joueur le plus cher du club (et de l'histoire), les dirigeants merengue ont toujours affirmé avoir payé 91,58 mio d'euros, soit 3,7 mio de moins que pour le Portugais en 2009.

Sauf que le règlement du transfert, effectué non pas en une fois mais en quatre, a gonflé la note à hauteur de 99,7 mio, selon ce qu'a révélé «Football Leaks». Un affront que Ronaldo n'a pas accepté.

Tout comme il n'avait pas accepté les déclarations, au début de la saison, du nouvel entraîneur du Real Rafael Benitez. L'Espagnol avait refusé de qualifier CR7 de meilleur joueur du monde et avait d'emblée placé Bale sur un pied d'égalité, l'investissant sur le terrain et dans le jeu de responsabilités immenses.

En faisant cela, Benitez s'est mis Ronaldo et une grande partie du vestiaire à dos. Il ne s'en remettra pas et il faudra tout le savoir-faire de Zinédine Zidane, nommé en janvier, pour apaiser les tensions et trouver un modus vivendi convenant aussi bien au Portugais qu'au Gallois. Un moyen pour que l'un et l'autre se tolèrent, et c'est déjà pas mal.

Mercredi, dans le Parc Olympique Lyonnais, ni Cristiano Ronaldo ni Gareth Bale ne seront obligés de se tolérer. Bien au contraire. Pour l'instant, le Gallois a disputé un bon Euro, sans doute meilleur que celui du Portugais. Mais en immense champion qu'il est, CR7 peut mettre tout le monde d'accord. Et une chose est sûre: il en a fait une obsession. (si/nxp)

Créé: 05.07.2016, 14h03

Galerie photo

Les temps forts de l'Euro 2016

Les temps forts de l'Euro 2016 Retrouvez tous les moments marquants de la compétition en France.

Articles en relation

Et les Gallois, admirables et lucides, n’ont vraiment rien volé

Euro 2016 Le Pays de Galles a créé la sensation en dominant la Belgique (3-1). Il affrontera le Portugal en demi-finale. Plus...

Ces Gallois sont incroyables!

Euro 2016 Le Pays de Galles a éliminé la Belgique et jouera le Portugal en demi-finale. Revivez la soirée avec notre direct. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.