Solide et calculateur, le Portugal s’offre la finale

Euro 2016Cristiano Ronaldo fait le nécessaire contre un Pays de Galles à bout de souffle. Le minimum a suffi dans un match sans relief.

En ouvrant le score, Cristiano Ronaldo a mis ses coéquipiers et le Portugal sur le chemin de la finale.

En ouvrant le score, Cristiano Ronaldo a mis ses coéquipiers et le Portugal sur le chemin de la finale. Image: Michael Sohn - AP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Il va falloir prier fort, très fort, pour que la deuxième demi-finale de cet Euro poussif, ce soir à Marseille, nous réconcilie tous avec l’idée que l’on est en droit de se faire du football. Allemagne - France pour oublier Portugal - Pays de Galles? Un peu oui. Parce que ce Portugal solide mais calculateur s’est contenté du minimum pour battre 2-0 des Gallois à bout de souffle. Et pour s’ouvrir les portes de la finale.

Dans la torpeur d’un Stade de Lyon anesthésié, la mollesse a d’abord dégouliné jusque sur le terrain, engluant deux équipes collées dans la même gêne. Gêne du geste, gêne du mouvement, gêne de la gêne elle-même à la fin, quand il faut quitter la pelouse sous les sifflets, à la pause.

On savait le Portugal enclin à l’exercice de style fermé, cadenassé, sans la moindre prise de risque ou presque. La rigidité gravée dans le marbre de Fernando Santos a conduit les Portugais à se qualifier chichement à la troisième place du groupe après trois nuls, à passer l’épaule contre la Croatie à la 118e minute dans un match triste comme un pleur et à éliminer la Pologne aux tirs au but. C’est laid, mais efficace.

Battu sans jamais avoir pu s’exprimer

Par opposition, on prêtait des intentions délicieuses aux Gallois, pour ce 3-1 lumineux contre la Belgique, en oubliant peut-être par atavisme que cet héritage-là portait aussi en lui le médiocre mais suffisant 1-0 contre l’Irlande du Nord en 8e de finale.

En réalité, hier, il aurait fallu un autre Pays de Galles. Pas celui fade et sans idées, pas celui qui dévoilait d’un coup toutes ses lacunes techniques. C’est dommage d’avoir montré de la bravoure et bien des qualités et de quitter l’Euro comme cela, battu sans jamais avoir pu s’exprimer dans cette demi-finale.

Parce que c’est bien au mutisme que les Portugais ont condamné leurs adversaires. Oh, deux banderilles plantées furieusement par Gareth Bale (22e et 23e) avaient vaguement sorti les Gallois de ce coma entretenu. Pas pour longtemps. Et si les deux coups de sang de Bale avaient trompé l’ennui, à chacun son taureau: coéquipier de la star galloise au Real, Cristiano Ronaldo n’est pas du genre à se laisser voler la vedette.

Il a fallu attendre la seconde période pour voir CR7 sonner le verdict. Le Portugal n’est pas folichon, il est même bien tristounet le plus clair du temps, mais pour avoir dans ses rangs l’un des deux meilleurs joueurs du monde, une lumière peut s’allumer à l’occasion. Hier soir, ce Portugal si calculateur n’a donc joué que quelques minutes. Le temps d’obtenir un corner botté en deux temps qui a permis à Guerreiro d’ajuster la tête du patron: démarquage qui laissait le pauvre Chester dans ses petits souliers, élévation vertigineuse et tête sous la latte pour le 1-0.

Neuvième but de Cristiano Ronaldo dans un Euro

Cristiano Ronaldo marquait là son neuvième but dans un Euro, le quatrième pour lui déjà. Fidèle à cette arrogance qui dérange, il a d’abord fêté avec les siens avant de s’extirper de la masse pour exulter seul. C’est vrai, neuf buts marqués lors de ses Euros, c’est bien, il rejoint d’ailleurs Michel Platini dans les livres d’histoire pour cela. Sauf que le génial No 10 de 1984 avait inscrit ses neuf réussites sur cette seule cession, en cinq matches alors et pas en 20 comme Ronaldo.

Le Portugais n’en demeure pas moins décisif, dans son style. Parce que trois minutes plus tard, c’est encore sur l’une de ses inspirations que le 2-0 final tombait. Un tir raté en fait, mais lumineusement dévié par Nani. La messe était déjà dite et tout le monde le savait, les Gallois aussi. Ils ont alors fait meilleure figure, tentant de renverser une montagne immobile. Rien n’y fit bien sûr.

Mais ils ont tous quitté la pelouse lyonnaise avec l’assurance d’avoir disputé un tournoi exceptionnel. Les Gallois ont partagé ce moment avec leurs supporters. Ils seront accueillis en héros à Cardiff. Après tout, malgré ce dernier match compliqué, cela mérite bien sûr des éloges.

Créé: 07.07.2016, 07h31

Portugal 2 - 0 Pays de Galles

Décines-Charpieu (Lyon),
55?679 spectateurs.
Arbitre: M. Eriksson (Su).
Buts: 50e Ronaldo 1-0. 53e Nani 2-0.

Portugal: Rui Patricio; Cédric, Fonte, Bruno Alves, Guerreiro; Danilo; Renato Sanches (74e Gomes), Adrien Silva (79e Moutinho), João Mario; Nani (86e Quaresma), Ronaldo.

Pays de Galles: Hennessey; Collins (66e J. Williams), A. Williams, Chester; Gunter, Allen, Ledley (58e Vokes), King, Taylor; Robson-Kanu (63e Church), Bale.

Notes: le Portugal sans Pepe (blessé) ni W. Carvalho (suspendu), le Pays de Galles sans Ramsey ni Davies (suspendus). Avertissements: 8e Allen. 62e Chester. 71e Bruno Alves. 72e Ronaldo. 88e Bale.

Articles en relation

«Le Portugal est solide et il pourrait faire encore mieux»

Euro 2016 Avant les demi-finales de l'Euro, Claude Ryf porte son regard sur les quatre équipes du dernier carré. Instructif. Plus...

«La France monte en puissance. Elle va passer contre l'Allemagne!»

Euro 2016 Après leur démonstration contre l'Islande, les «Bleus» débordent de confiance. Yves Débonnaire ne les imagine pas tomber jeudi soir en demi-finales de l'Euro. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.