La peur au ventre, la Suisse gagne grâce à… Sommer!

Euro 2016Une Albanie réduite à 10 dès la 36e minute oppose le courage aux errements de la sélection. La Suisse commence l’Euro par une victoire à peine méritée. Ouf!

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Il fallait une victoire pour commencer l’Euro: c’est fait pour la Suisse. Mais il en va des victoires chiches comme des défaites imméritées: elles convoquent des sentiments curieux où tout se mélange. A ne considérer que l’essentiel, la Suisse pourrait se taper sur le ventre, confortée dans sa liesse par ces trois points engrangés dès le premier match. Au fond, peut-être que dans quelques jours, si tout se passe bien pour elle, il faudra en rire. Mais pour l’heure, l’essentiel est sans doute ailleurs. Et cet ailleurs pique les yeux, pour peu qu’on veuille bien les ouvrir. Constat sévère mais lucide pour qui vient de battre une bien modeste Albanie, réduite à dix éléments dès l’expulsion de son capitaine - Cana à la 36e -, une Albanie qui n’a jamais baissé les bras et qui aurait pu égaliser à plusieurs reprises si un extraordinaire Yann Sommer n’avait pas été là.

C’est donc un sentiment étrange qui habite aujourd’hui cette Suisse qui a rapidement ouvert le score avant de perdre ses moyens, malgré la supériorité numérique. Bien sûr, ces émotions dont on a tant parlé, ont sans doute été fortes. Dans un Stade Bollaert si largement acquis à la cause des Albanais, la pression était intense. Sans doute trop pour Shaqiri, l’un des plus décevants sur le terrain. A vrai dire, à force de se persuader qu’il jouait contre ses amis, promettant pourtant de mettre cela entre parenthèses l’espace des 90 minutes, Xherdan Shaqiri a passé son temps à s’excuser pour chaque contact. Tiens: on a presque cru à un moment, entre deux ballons perdus, qu’il allait s’excuser d’être là. Mehmedi, lui, ne s’excusait pas: transparent sur son flanc gauche, il est l’autre grande déception de la rencontre.

Tout avait pourtant idéalement commencé avec ce but de Schär sur un corner de Shaqiri, l’un de ses rares ballons travaillés. Le portier albanais s’y entendait pour sortir dans les fraises. Première leçon distillée par Fabian Schär, au hasard à destination de Giroud: pas besoin de commettre une faute en balançant un coup de coude dans les bras du gardien adverse avant de placer sa tête victorieuse. Il suffit de le devancer… Rayon leçons, la Suisse en restera là et fera surtout profil bas. Comme Rodriguez, impliqué une seule fois au début de l’action qui allait amener le corner victorieux. Comme Djourou, fébrile, pris plus d’une fois par des passes dans son dos. Comme Seferovic, l’énigme: capable par ses appels intelligents de s’offrir à des passes décisives, mais incapable de concrétiser les énormes chances qu’il a eues. Comme Lichtsteiner aussi, trop discret, et à la limite de provoquer un penalty sur Lenjani en raison d’un placement approximatif. Des gros soucis qu’il faudra gommer pour le match de mercredi soir à Paris, contre une Roumanie autrement plus outillée pour faire mal que l’Albanie.

Yann Sommer, malgré toutes ses qualités, ne pourra pas toujours sauver les siens… Alors la Suisse aura tout intérêt à gratter les quelques points positifs qui auront surnagé. On pense à l’abattage de Behrami, au sérieux défensif et à l’opportunisme de Schär. Mais on veut surtout penser à Granit Xhaka, omniprésent au milieu, celui qui a touché le plus de ballon sur la pelouse (129). Il est à l’origine du but suisse, lui qui a ouvert pour Rodriguez. Il a proposé des balles souvent galvaudées par les siens. Il a récupéré le cuir jusque dans les pieds de son frère et adversaire Taulant plus d’une fois. Enfin, dans ses placements intelligents entre les lignes, il a souvent offert des solutions qui méritent d’être exploitées plus encore.

Xhaka a d’ailleurs été élu homme du match. On aurait décerné le prix à Sommer, qui a sauvé les trois points helvétiques sur trois parades exceptionnelles, dont celle face à Gashi (87e) seul devant lui. Entre les deux, la Suisse tient assurément les deux meilleurs joueurs de ce match curieux. Puissent les autres se hisser un peu au moins à leur niveau pour les deux prochaines échéances, mercredi contre la Roumanie et dimanche contre la France. Sinon, en dépit de ce premier succès, cela pourrait être bien compliqué pour la Suisse.

Créé: 11.06.2016, 20h13

Articles en relation

Petkovic: «Seferovic n'est pas l'unique responsable»

Euro 2016 Face à la presse, le sélectionneur suisse n'a pas blâmé son attaquant de pointe, maladroit face à l'Albanie. Plus...

Granit Xhaka: «Yann Sommer a été grand»

Euro 2016 Le futur joueur d'Arsenal est revenu sur le scénario improbable de cette rencontre face à l'Albanie. Plus...

La Suisse a tremblé face à l'Albanie. Notre direct

Euro 2016 La Suisse, pourtant à onze contre dix, s'est fait peur en seconde période. Elle s'impose sur le plus petit des scores. Plus...

Un calme très suisse à Ouchy pour le match entre la Nati et l'Albanie

Lausanne Aucun débordement devant l'écran géant installé au bord du lac. Une majorité d'albanophones figurait parmi les quelque 2000 spectateurs venus assister à Suisse - Albanie. Plus...

Albanie - Suisse 0-1 (0-1)

Lens, Stade Bollaert-Delelis. 40'000 spectateurs.

Arbitre: Velasco Carballo (ESP).

But: 5e Schär 0-1.

Albanie: Berisha; Hysaj, Cana, Mavraj, Agolli; Abrashi, Kukeli, T. Xhaka (62e Kace); Roshi (74e Cikalleshi), Sadiku (82e Gashi), Lenjani.

Suisse: Sommer; Lichtsteiner, Schär, Djourou, Rodriguez; Behrami, G. Xhaka; Shaqiri (88e Fernandes), Dzemaili (76e Frei), Mehmedi (62e Embolo); Seferovic.

Avertissements: 13e Schär. 23e Cana. 63e Kace. 67e Behrami. 89e Kukeli. Expulsion: 36e Cana (2e avertissement).

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.