Passer au contenu principal

ÉnergieFace à la crise climatique, Genève adopte un plan ambitieux

Le Conseil d’Etat genevois a approuvé mercredi le plan directeur de l’énergie 2020-2030, qui prévoit de réduire «drastiquement» la consommation de mazout, gaz et pétrole dans le canton.

La moitié de la consommation d’énergie du canton est liée au bâti, a souligné M. Hodgers.
La moitié de la consommation d’énergie du canton est liée au bâti, a souligné M. Hodgers.
KEYSTONE

Sortir du chauffage fossile d’ici à 2030 à Genève. Tel est l’un des objectifs principaux que poursuit le plan directeur de l’énergie 2020-2030 qui a été adopté mercredi par le Conseil d’Etat genevois. Ce plan «fixe le cap» pour atteindre la société à 2000 watts et la neutralité carbone en 2050, pour le bien du climat.

Ce but ambitieux ne sera atteint qu’en réduisant tout d’abord «drastiquement» la consommation d’énergie du canton. Aujourd’hui, 78% de cette consommation est d’origine fossile (mazout, gaz, pétrole), a rappelé devant les médias le conseiller d’Etat genevois Antonio Hodgers.

Une des mesures phares du plan directeur de l’énergie 2020-2030 est de sortir Genève du chauffage fossile. Toute nouvelle chaudière dans le canton devra se passer de cette source d’énergie. Les économies d’énergie pourront également être obtenues en rénovant avec plus d’entrain les bâtiments existants.

La moitié de la consommation d’énergie du canton est liée au bâti, a souligné M. Hodgers. Or, avec 1% par an, le taux de rénovation est actuellement trop faible pour atteindre les objectifs climatiques que s’est fixé le canton. Il faudra augmenter ce taux à 2,5% en 2030 et atteindre un taux de rénovation de 4% en 2050.

Valorisation du territoire

Parallèlement, le canton veut valoriser son territoire en matière d’énergie renouvelable. Il est procédé ainsi à de gros investissements pour permettre le chauffage et le refroidissement des bâtiments grâce à l’eau du lac Léman, symbolisé par le grand projet de réseau thermique GeniLac.

En matière d’énergie solaire, Genève est un peu à la traîne, a admis M. Hodgers. Pour coller à ses ambitions climatiques, le canton devra multiplier par 5 le développement du solaire.

Le programme d’action du plan directeur de l’énergie a été élaboré en collaboration avec l’ensemble des acteurs concernés, communes, propriétaires immobiliers, professionnels du bâtiment, milieux économiques, tissu associatif, monde de la formation ou encore milieux de la recherche.

ATS/NXP