Un rein transporté, avec succès, par un drone

Etats-UnisC'est une première en la matière: un drone a délivré un rein nécessaire à une greffe, à Baltimore, aux Etats-Unis.

Le drone a rempli sa mission avec succès.

Le drone a rempli sa mission avec succès. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

A une heure du matin le 19 avril, un petit drone a décollé d'un parking de Baltimore avec un rein réfrigéré dans de la glace et parcouru 4,5 km pour atterrir sur le toit de l'hôpital universitaire du Maryland.

Il a fallu une autorisation spéciale de survol pour cette mission de dix minutes, et la police a fermé par précaution les rues le long du trajet de l'appareil, qui volait à 120 mètres d'altitude.

Mais l'expérience (réussie: une femme a reçu la greffe avec succès) montre que la technologie de livraison par drones, déjà opérationnelle pour des colis achetés en ligne dans certains pays, peut être exploitée de façon réaliste pour améliorer le système actuel de transport d'organes et en réduire le coût.

La médecine rattraperait ainsi lentement le secteur de la vente en ligne; Google a obtenu l'autorisation de commencer cette année des livraisons par drone dans quelques villes en Australie et aux Etats-Unis.

1,5% des organes n'arrivent pas à destination

«Je pense que d'ici trois à cinq ans, nous commencerons à voir des livraisons d'organes de façon plus régulière», dit à l'AFP le médecin Joseph Scalea, chirurgien et leader du projet au centre médical de l'université du Maryland. «Et les livraisons par drones deviendront sans doute largement possibles d'ici cinq à dix ans», espère-t-il.

Le temps est la contrainte la plus critique pour le transport d'organes. En 2018, 1,5% des organes ne sont pas arrivés à destination, et 4% ont subi un retard d'au moins deux heures, selon le réseau américain gérant le système de dons d'organes.

Actuellement, les organes sont transportés par des sociétés spécialisées, qui les font voyager à bord de lignes aériennes régulières ou affrètent de petits avions au besoin. En ville, le transport est ralenti par les embouteillages. Le docteur Scalea imagine un avenir où des drones relieraient hôpitaux et aéroports, ou bien des hôpitaux d'une même ville entre eux. «Il y a énormément d'avantages potentiels, même sur des courtes distances de six, sept ou huit kilomètres», dit-il.

Le médecin, qui a fondé une société de gestion de données pour le transport conventionnel et «non conventionnel» d'organes, compare le système à un service de type Uber, plus flexible et moins coûteux que les «taxis» actuellement utilisés. Le coût moyen du transport d'un rein est de 5000 dollars, selon lui, ce qui est généralement pris en charge par les assurances. (afp/nxp)

Créé: 01.05.2019, 23h55

Articles en relation

Des trafiquants de drogue s'aidaient d'un drone

Espagne Afin de rentrer du hashich discrètement dans le pays, des trafiquants ont utilisé un drone pour surveiller la police. Plus...

Un nouvel hélicoptère et un drone pour la Rega

Suisse romande La Rega a mis au point depuis un an et demi son propre drone qui pourra voler de manière autonome dans de vastes zones de recherche. Plus...

Premier taxi-drone présenté à Vienne

Autriche Le constructeur chinois EHang a présenté à Vienne un taxi aérien sans pilote et pouvant transporter deux passagers. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.