Votre navigateur est obsolète. Veuillez le mettre à jour avec la dernière version ou passer à un autre navigateur comme ChromeSafariFirefox ou Edge pour éviter les failles de sécurité et garantir les meilleures performances possibles.

Passer au contenu principal

L’invitéeFaut-il des religieux pour prévenir la radicalisation?

«Ramener ces jeunes vers la société à laquelle ils appartiennent.»

Consulter les laïques

5 commentaires
    Joseph Eric

    Réflexion faite, vous n'avez très certainement pas tort de nous poser la question ainsi Mme Richon avec toutes les variables et véritables nuances que vous introduisez dans votre réflexion.

    Différentes études européennes et observatoires de centres de recherche ont montré la nécessité d'une concertation plurielle absolument nécessaire, impliquant des réflexions plurielles poussées, y compris à partir de référentiels laïques, à savoir la claire séparation des Etats et des cultes et croyances, quelles qu'elles soient.

    L'éducation "morale" ne peut être laissée aux seules religions. Il est un fait officiel par exemple qu'une partie de la jeunesse des populations migrantes en Belgique,

    - socio-économiquement abandonnée par un partie des pouvoirs publics belges dans les années 1980 à 2000,

    - désorientée dans son intégration, et désaffiliée par diverses formes d'exclusions,

    fut reléguée notamment, sans trop de réflexion sur les impacts, aux officines subventionnées, officiellement ou pas, nébuleuses ou pas, secrètes ou pas, de l'Arabie saoudite notamment.

    Cette situation d'abandon de l'éducation critique d'une partie de la jeunesse à ces officines créa une situation d'émeutes violentes à Bruxelles et de mouvements ultra-radicaux fondamentalistes avec pignons sur rue, qui durent être interdits et dissous. Ces officines furent totalement dépassées. Ce petit pays semble s'en mordre encore les doigts.

    Abordons donc les choses dans une perspective plurielle et laïque !