Passer au contenu principal

ÉditorialFederer, son genou droit et le temps qui passe

Le Bâlois, qui n’a plus joué depuis onze mois, est forfait pour le prochain Open d’Australie. De quoi alimenter les doutes quant à sa fin de carrière.

Entre le talon d’Achille et la cuisse de Jupiter, il y a désormais le genou droit de Roger Federer. Insuffisamment remis de ses deux opérations (février et juin), le Bâlois a annoncé lundi qu’il ne se rendrait pas à l’Open d’Australie, où il disputait voici onze mois son dernier match officiel. S’il ne constitue pas une immense surprise en soi – «RF» avait préparé le terrain , ce forfait prolonge une attente en forme d’éternité: quand reviendra-t-il? Il alimente surtout un méchant doute, un tourbillon d’angoisse: le reverra-t-on un jour sur le circuit?

«À bientôt 40 ans, l’athlète Roger Federer, qui a gravi tant de sommets, affronte son plus terrible Himalaya: le temps qui passe.»

Lui-même oscille entre prudence de bon aloi et appétit naturel. Oui, l’homme aux vingt titres du Grand Chelem tient mordicus - ses sponsors aussi - à participer au triptyque Wimbledon-JO de Tokyo-US Open, l’été prochain. Mais que dira son corps? Un dernier miracle peut-il transformer cette tournée d’adieu en triomphe ultime? Ou est-ce trop demander, après avoir déjà obtenu tant de grâces? À bientôt 40 ans, l’athlète Roger Federer, qui a gravi tant de sommets, affronte son plus terrible Himalaya: le temps qui passe.

Donc l’affaire nous concerne tous. Roger Federer, sans présager de ce qu’il réserve encore à la postérité, c’est un quart de siècle dans nos vies. Son forfait australien nous rappelle une fois encore à l’inexorable, sinistre coup de semonce. Un très prochain jour, la Suisse, le tennis et le reste du monde devront composer sans leur génie en shorts. Et ça va faire bizarre.

8 commentaires
    miloghilo

    Go Roger!