Passer au contenu principal

«Asphyxie» des établissements publics«Fermeture ou pas, il faut des aides financières»

Dans la restauration et le monde de la nuit, tout le monde appelle à l’aide. Et vite.

À Lausanne, la situation des cafés, restaurants et établissements de nuit est jugée «catastrophique». Mais tous ne proposent pas le même remède.
À Lausanne, la situation des cafés, restaurants et établissements de nuit est jugée «catastrophique». Mais tous ne proposent pas le même remède.
Marius Affolter

Une branche entière à bout de souffle. Voilà ce qui ressort de différentes discussions avec des patrons d’établissements publics. Entre les services de midi qui se vident – la faute au télétravail et à l’augmentation des cas Covid – les annulations de soirée qui pleuvent, rien ne va plus. Depuis quelques semaines s’ajoute une flambée des cas supposés ou avérés, aussi dans le personnel, dit-on.

«La situation ne serait pas vraiment pire si nous devions à nouveau fermer. En plus, au niveau du message sanitaire, cela serait plus cohérent, puisqu’on dit aux gens de limiter les mouvements et les contacts»

Une patronne de café-restaurant du centre-ville de Lausanne

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.