Passer au contenu principal

Au milieu des bois de Puidoux, Albert de Gruffy refait son «Bout d’Brousse»

Le musicien de Lavaux revient samedi au singulier festival qu’il fonda en 2001

Albert de Gruffy et sa guitare seront samedi dans les champs de Puidoux.
Albert de Gruffy et sa guitare seront samedi dans les champs de Puidoux.

Dans «Crocodile Dundee», comédie majeure des années 1980, Bout d’Brousse Creek est le bled loin de tout où l’on se tape dessus et où l’on boit de la bière. Des deux habitudes, le Bout d’Brousse Festival n’a gardé que la seconde. Niveau paumé, en revanche, le rendez-vous agreste n’a rien à envier au bush australien, la distance en moins. Nichée au cœur d’une forêt parmi les champs de Puidoux-Village, la clairière se rejoint avec un minimum de marche et de sens de l’orientation.

«Quand on l’a créé, en 2001, sur un terrain familial, c’était encore plus paumé», se souvient Albert de Gruffy, enfant du pays qui monta sur la scène de la première édition et y revient pour la seizième, un solide parcours derrière lui et un nouveau disque en poche.

Le musicien de 38 ans a passé la main de l’organisation en 2010, notamment pour enfourcher sa bicyclette et rejoindre l’Asie en compagnon de route d’un ami de Chexbres, Indien d’adoption qui «ne se sentait ni d’ici ni de là-bas» mais voulait remonter vers ses racines. L’altruisme d’Albert de Gruffy s’écoute aussi dans sa musique: «Clandestin» déroule en format rock des refrains accrocheurs et des textes d’une sincérité brute. «En rentrant de mes huit mois à vélo, j’avais beaucoup d’expériences et de musiques en tête, ça a donné un premier disque plutôt world, un melting-pot. Pour «Clandestin», on a donné avec les musiciens de mon groupe un même traitement à mes compositions, d’où un album plus cohérent.»

Né à Puidoux de parents agriculteurs, inspiré aussi bien par Ben Harper que par Renaud et Brel, le Vaudois, père de deux jeunes enfants, n’a pas repris la ferme familiale mais reste attaché à la nature. Pas étonnant si le Bout d’Brousse est né à l’écart du monde, d’abord réunion sous la lune pour les habitants du cru et les musiciens amateurs.

Avec les années, son atmosphère, sa philosophie, sans doute aussi sa gratuité et les groupes à l’affiche, réunissent dans la campagne de Puidoux plusieurs milliers d’aficionados sur trois soirs. Albert de Gruffy jouera samedi, entre Les petits chanteurs à la gueule de bois, Mark Kelly et Overgrass. Jeudi, l’ouverture prend des allures d’apéro après boulot accompagné par la musique d’Antony Trice Cornu et de Mathieu Dumas. Vendredi, les deux scènes accueillent en vrac Hannibal Slim and Captain Boogie, Booboots, Moonlight Gang, Coconut Kings, etc. N’oubliez pas votre boussole.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.