24 heures, l'actualité en direct: politique, sports, people, culture, économie, multimédia
La Une | Mardi 23 octobre 2018 | Dernière mise à jour 12:28

Chris Rea distille le blues d’un survivant qui sent fort le bourbon

Montreux Jazz FestivalLe crooner de Middlesbrough est revenu, douze ans après, gratifier Montreux de ses riffs impeccables.

Chris Rea à l'auditorium Stravinski, le 5 juillet.

Chris Rea à l'auditorium Stravinski, le 5 juillet. Image: Lionel Flusin

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Chris Rea est un survivant. Le fils d’un marchand de glaces du nord-est de l’Angleterre était promis à la grande faucheuse, au tournant du millénaire. Cancer du pancréas. Le genre de saloperie qui ne vous laisse aucune chance. Juste avant son opération, Rea s’est fait une promesse: s’il en réchappait, il reviendrait pour toujours à ses racines musicales, ce blues-rock qu’il sert si bien, amoureux des sons chauds et du goulot de bouteille, ce bottleneck qui glisse sur les cordes et qui donne aux guitares la saveur du bourbon.

Rea a survécu, Rea est revenu. Pour la cinquième fois à Montreux, la première depuis 12 ans. Et il tient parole. Samedi soir, dans un Strav’ tout acquis à sa cause, le fan du FC Middlesbrough a joué les alcools forts, tempos appuyés, gammes pentatoniques, faisant briller sa technique sans faille sur ses belles guitares – dont une rareté stupéfiante, l’Italia Maranello bleue qui l’accompagne depuis sa rémission.

Avec ses jeans élimés, son marcel fatigué, son visage marqué, sa peau tannée, Chris Rea avait la dégaine d’un loser magnifique. Mais à 63 ans la voix rocailleuse tient encore, l’énergie est intacte, et ce son… un instinct, un talent au service du frisson (‘Til The Morning Sunrise, une merveille).

L’essentiel du set a donc été dédié aux productions plus blues, plus récentes aussi, d’un Rea qui s’est aujourd’hui débarrassé des contraintes liées au rock business – avoir vendu 30 millions d’albums, ça aide. Easy Rider, Stony Road, Somewhere Between Highway 61 & 49, Come So Far Yet Still So Far To Go, les titres ont défilé, portés par les envolées guitaristiques du patron, bien secondé par son deuxième guitariste, un peu moins bien par une section rythmique lourdingue, et un clavier aux nappes qui rappelaient avec emphase que les grands succès de Chris Rea datent des années 80.

Les méga-hits, justement? Josephine, en premier tiers de concert, un rien expédié, Julia, l’autre chanson dédiée à l’une de ses filles, et, en premier bis, l’inévitable On The Beach, version chaloupée puis reggae, seule concession de la soirée au côté pina colada de la carrière du bluesman. Qui terminait son heure et demie par l’évident Road To Hell, laissant ensuite une voix off dire au public loin d’être sevré, «that’s it, thank you». Un peu chiche, quand même. (24 heures)

Créé: 06.07.2014, 16h39

Galerie photo

Les concerts du Montreux Jazz Festival 2014

Les concerts du Montreux Jazz Festival 2014 Des artistes de renommée foulent chaque jour les scènes du MJF.

Articles en relation

«Quand on a «fait» Prince, on sait accueillir les poids lourds»

Montreux Jazz Festival Mathieu Jaton ouvre ce soir une édition très attendue, avec Stevie Wonder en star incontournable. Confidences. Plus...

Des concerts du Lab en live sur le web

Montreux Jazz Le Montreux jazz festival débute vendredi. Nouveauté cette année, certains concerts du Lab pourront être suivis en direct sur la toile. Plus...

Claude Nobs entre au Musée national

Prangins Son harmonica et un costume de scène ont été légués à l'institution. On peut les voir jusqu'au 26 octobre. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.