24 heures, l'actualité en direct: politique, sports, people, culture, économie, multimédia
La Une | Dimanche 21 octobre 2018 | Dernière mise à jour 17:46

Montreux voit la vie en rose quand la variété s’invite dans la danse

CritiqueBrigitte, Juliette Armanet, les refrains charmeurs font les délices du festival, qui n’a jamais vu autant de francophones au Lab.

Juliette Armanet, en concert dimanche 8 juillet au Lab pour le 52e Montreux Jazz Festival.

Juliette Armanet, en concert dimanche 8 juillet au Lab pour le 52e Montreux Jazz Festival. Image: Marc Ducrest

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Brigitte, Juliette Armanet, un dimanche 8 juillet sur les côtes alanguies du Montreux Jazz Festival. Le point commun qui relie ces femmes? Rendre appréciables les mélodies dites faciles, sans que le public ne perde ses prétentions d’esthète. Les deux Brigitte avec leurs manières doucement moqueuses, d’une légèreté mutine. Juliette Armanet dans ses façons de diva littéraire au lyrisme exalté.

Pour un peu, les amateurs de rock’n’roll deviendraient fous de variété. Pour un peu. Ce soir-là, les vilains, les gros bras avaient rendez-vous à l’étage du dessus, Auditorium Stravinski assailli de saturations, foule jouissant des violences roides distillées par les Queens of The Stone Age en retour de grâce. En bas, au Lab, qui restait-il alors, sinon les âmes pures, les fleurs bleues. En quête d’un autre frisson, aussi moite que le rock, mais plus kitsch qu’une soirée au mousseux fruité.

Mélo magistral

Brigitte, Juliette Armanet, vaille que vaille, c’est le Lab qui s’éprend de chanson à la guimauve. Le Montreux Jazz Festival qui sert un lot inhabituel de francophones, chose rare dans une programmation habituellement dévolue aux artistes anglo-saxons. Voilà déjà qui indique un certain renouveau de la scène hexagonale. Qu’on songe à Christine & The Queens encore, dont on attend un nouvel album en septembre. Absente des festivals estivaux, mais bien présente dans les têtes. Ainsi songe le spectateur lorsqu’il retrouve Juliette Armanet dansant avec frénésie dans son clinquant costume pantalon et veston. Pétillante cabarettiste dont les refrains charmeurs trouvent leur inspiration autant chez Véronique Sanson que chez Michael Jackson.

De la variété, de la pop, Juliette Armanet déjoue les codes avec humour. Voix solennelle: «Thank you, Montreux!» Observant les premiers rangs: «Oh, qu’est-ce que c’est? Une béquille! Mince…» Où l’on constate, enfin, combien la dame gère et le chant, puissance et délicatesse embrassées, et le répertoire, suite de tubes imparables, «L’amour en solitaire» en guise de mélo magistral.

Imaginaire collectif

Quant aux Brigitte, la grande ressemble à Dalida, frou-frou dans les jambes, boucles en abondance, la petite à Nana Mouskouri, silhouette engoncée de strass, lunettes immenses. Si la grande, Aurélie Saada, mène la baraque, auteure de la majorité des titres et voix principale, elle ne saurait se passer de la petite, Sylvie Hoarau émulant l’ensemble de son contre-chant aigu. La paire fonctionne à la perfection, soutenue par un orchestre qui sait rester en retrait. On s’émeut des poses lascives, on s’esbaudit des vocalises langoureuses. On tente de décrypter ce trophée décorant la scène: une tête de taureau couverte de fleurs. Bacchanale ou show télé? Les Brigitte chassent à jardin, dans une ambiance de cocktail doucement dépravé. Sans gravité. Juliette Armanet, elle, vise une cible autrement plus relevée: sortir des salons pour marquer l’imaginaire collectif. (24 heures)

Créé: 09.07.2018, 17h57

Articles en relation

Cette semaine, Montreux reçoit la Trinité électrique

Festival Trent Reznor, Jack White et Nick Cave, trois papes pour trois magistères de l’esprit rock Plus...

Reines barbares ivres d'apocalypse

Critique Retour en grâce pour les Queens Of The Stone Age, dimanche soir au Montreux Jazz. Soit une démonstration de violence sombre et joyeuse, animale et sophistiquée. Plus...

La House of Jazz, bientôt le lieu du festival le plus cool

Montreux Jazz Première édition pour le Petit Palais, où s’impose un Montreux Jazz Club en pleine montée musicale. Plus...

Montreux grave «Smoke on the Water» sur de la pierre

Evénement Inaugurée ce mercredi, une plaque rappelle à Territet l’enregistrement par le groupe Deep Purple de «L’Hymne de Montreux», l’un des plus célèbres titres de l’histoire du rock. Plus...

Ils domptent la foule pour éviter un drame

Festivals Les experts d’une nouvelle formation inspirent la sécurité du Montreux Jazz et d’autres événements. La police s’y intéresse. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.