Passer au contenu principal

Les deux «Petite Julie» savent aussi faire le fromage

Chaque jour, deux meules de Gruyère AOP sortent du Tsalé à l'Espace Fribourgeois. Vendredi, l’une d’elles a pris un goût particulier.

(de g. à dr.) Nina Perrenoud, Raoul Colliard, Sofia Gonzalez, Nayah Kohli au travail pour sortir le «recherchon», soit ce qui reste au fond de la cuve.
(de g. à dr.) Nina Perrenoud, Raoul Colliard, Sofia Gonzalez, Nayah Kohli au travail pour sortir le «recherchon», soit ce qui reste au fond de la cuve.
ODILE MEYLAN

Demandez aux «Petite Julie» s’il est plus difficile de faire du fromage ou de jouer devant 20'000 personnes dans l’arène de la Fête des Vignerons? Nina Perrenoud et Nayah Kohli n’hésitent même pas une fraction de seconde! C’est faire le fromage. La Messagère, Sofia Gonzalez, abonde: «Il faut beaucoup de force et de passion, je n’imaginais pas la difficulté de la tâche.»

Invitées par Raoul Colliard, l’Armailli 1819, toutes trois ont assisté vendredi à la fabrication d’une meule de gruyère, de la montée en température jusqu’au dernier «coup de reins» du fromager pour extraire le caillé du chaudron. Il en sort deux chaque jour du Tsalé à l’Espace fribourgeois grâce aux laitières, stars de la Fête, nourries avec du foin. 200 litres par meule pour des pièces pesant entre 18,5 et 19 kilos, soit un peu moins que la jauge habituelle de 25 à 30 kilos.

Si le Gruyère AOP des «Petite Julie» se fera attendre, la dégustation immédiate du petit-lait n’a pas semblé faire que des fans… Mais tout le monde a bu.

Jouant leur rôle chacune à leur tour – «c’est très équitable», plaident-elles –, Nina Perrenoud et Nayah Kohli essaient de ne pas penser au compte à rebours jusqu’au 11 août. «On profite de tous les moments.» Elles n’auraient même pas besoin de le dire tant leur bonheur d’être là irradie. Sur scène comme dans les coulisses, en costume ou en civil. «On nous prend beaucoup en photo et l’autre jour, raconte tout sourire Nayah Kohli, j’en ai eu pour trente minutes avant de pouvoir aller me changer.» Partageant leur loge avec la Messagère, les «Petite Julie» ont noué des liens très forts. «On est comme des sœurs», confirme Sofia Gonzalez. La main sur le cœur, Raoul Colliard ajoute: «C’est une deuxième famille.»

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.