Flore Duboux, l’amour et la joie à vie

PortraitL’enfant-cep avait 7 ans en 1999 quand elle donnait le signal de fin avec Arlevin. Future psychologue, assistante à l’UNIL, elle sera à la Fête des Vignerons en 2019.

Flore Duboux, enfant-cep lors de la Fête de 1999 n'a pas hésité une seconde avant de poser sa candidature pour l'édition 2019.

Flore Duboux, enfant-cep lors de la Fête de 1999 n'a pas hésité une seconde avant de poser sa candidature pour l'édition 2019. Image: ODILE MEYLAN

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Il est des tatouages à vie! Souffle de la fragilité des choses en même temps qu’espoir de leur permanence, celui de Flore Duboux ne se dessine pas, il n’illustre pas mais… invisible, il lui appartient autant qu’au patrimoine immatériel de l’humanité. Si les émotions de la vie ressurgissent et piquent ses yeux au moment d’évoquer l’attachement à un paysage, une culture et au-delà, à l’essentiel, le poids d’une petite phrase prononcée quatorze fois devant plus de 220'000 personnes ne lui pèse pas. Plus!


Notre dossier spécial consacré à la Fête des Vignerons


Fille d’Epesses, elle avait 7 ans en 1999 lorsque les deux derniers mots de la Fête des Vignerons de François Rochaix sortaient de sa bouche. «C’était tard, très tard et je me souviens qu’on me faisait courir pour me tenir éveillée. Ensuite, on me mettait le micro et, comme il était branché d’entrée, je devais faire très attention de ne plus parler jusqu’au moment d’Amour et Joie. Et, après encore, je sautais dans les bras d’Arlevin un peu angoissée. Il avait un costume satiné, brillant et surtout devenu glissant avec la transpiration, je m’agrippais dans son dos non sans lui dire qu’il collait!» Pourquoi elle? Flore Duboux n’a pas le souvenir des tout débuts de l’aventure, par contre, elle se rappelle bien que chacun avait son idée quant à l’intonation à prendre ou au tempo à respecter. «Ça m’énervait un peu, je n’ai écouté que le metteur en scène, il voulait une interrogation. Alors voilà!»

Dix-huit ans plus tard, la jeune femme n’a pas attrapé le virus du théâtre – elle a pratiqué, oui, dans la foulée de la Fête – mais c’est la psychologie qui l’appelle. Le bachelor acquis, elle a passé la vitesse master à l’UNIL en laissant ouverte encore la porte de son avenir balançant entre la recherche et la pratique de clinicien. Mais consciencieuse, l’assistante-étudiante, en ce moment en stage pratique dans un EMS, se donne les moyens du choix. «Pour faire de la psychologie, il faut aussi se connaître soi-même, j’espère encore apprendre sur moi.» Latente derrière un sourire éclatant, l’intelligence de la prudence lui fait esquiver une réponse de psychologue aux valeurs «amour» et «joie» aujourd’hui! «Je ne le suis pas encore, je vais m’abstenir.» Et une réponse de jeune femme? «Vaste question…» Comme quoi le ton interrogatif de 1999 n’était pas déplacé!

Cap sur 2019
Où l’ombre du doute n’a par contre pas plané un centième de seconde, c’est sur son intention d’être de la première Fête du XXIe siècle. «Je ne pensais pas qu’il y en aurait une si vite, j’ai l’impression qu’à peine dix ans se sont passés depuis la dernière! Mais avec mes sœurs cadettes qui ont 20 et 21 ans, on s’est annoncées dès l’ouverture des inscriptions.» La validation de la pré-inscription tombée, inutile de demander à Flore Duboux si elle est heureuse, une joyeuse fébrilité embrase son regard lorsqu’elle imagine cet avenir proche. «Tout le monde se demande comment ça sera, ce qu’il y aura. Tout autour de moi, c’est un vrai sujet de conversation, je me réjouis beaucoup!»

En 1999, la petite fille de 7 ans suivait avec envie les Colombines, leurs rollers et leur rôle de grandes mais elle adorait avant tout Palès. «Je rêvais de l’incarner à la prochaine fête et peut-être que cela vient de là: tout ce qui touche à l’Antiquité me passionne, j’ai même fait du latin à l’école. Mais, une chose est sûre, avec un arrière-grand-père Cent-Suisses en 1955, un grand-père Cent-Suisses en 1977, l’envie de faire la Fête ne peut qu’être contagieuse.» Dans les bottes du régiment féminisé par Daniele Finzi Pasca? «Une de mes petites sœurs aimerait bien, oui.»

La famille… une force collective prégnante, la vigne… une magnificence «surtout après les vendanges lorsqu’elle passe au doré», Lavaux… une terre de traditions «qui permet de s’inscrire dans une histoire, dans une région, dans le temps». Flore Duboux aime bien voyager, mais elle aime aussi revenir. «Quand je vois le lac, je sais que je suis chez moi. Et quand c’est dans le jardin de mon papa avec un verre de rosé – un trésor rare offert par les années où tout se passe bien –, c’est le rêve.» Autrement dit dans sa philosophie d’un bonheur authentique: «vivre». (24 heures)

Créé: 29.09.2017, 15h43

Arlevin portant l'enfant-cep après que la fillette a prononcé «amour et joie». (Image: PATRICK MARTIN)

Articles en relation

Les Cent-Suisses seront rejoints par Cent-Suissesses

Fête des vignerons Daniele Finzi Pasca a l’audace d’introduire des femmes dans un corps «militaire» Plus...

Daniele Finzi Pasca: «Figurants, ne ratez pas le train!»

Fête des Vignerons 2019 Le metteur en scène aspire à ne refuser personne dans la grande troupe du spectacle Plus...

La Fête des vignerons, patrimoine culturel immatériel

Patrimoine Le rendez-vous veveysan a été intronisé à Addis-Abeba ce matin. C'est la 1ère tradition suisse à être inscrite. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 14 novembre 2018
(Image: Bénédicte) Plus...