Passer au contenu principal

Vers du jamais vu et entendu dans l’arène

Les moyens techniques son et lumière seront hors norme et faits sur mesure pour la Fête.

L’arène accueillera une technologie hors normes, notamment les huit mâts pour le son.
L’arène accueillera une technologie hors normes, notamment les huit mâts pour le son.
Compagnia Finzi Pasca/Digital Kingdom

Il ne peut y avoir de scénographie ambitieuse sans une équipe et des moyens techniques qui s’activent en coulisses. Et ceux-ci s’annoncent hors normes. Le créateur et metteur en scène Daniele Finzi Pasca et son équipe pourront en effet compter sur une technologie non seulement innovante mais spécialement créée pour l’occasion.

«Il s’agira d’une Fête des Vignerons du XXIe siècle, on entre dans un autre univers, lance François Mottier, directeur technique et organisateur de spectacles son et lumière d’envergure. Les fabricants ont même dû se gratter la tête et je sais que cela a trouvé un écho jusque dans les principales entreprises mondiales.»

Première certitude, on aura jamais aussi bien entendu les acteurs: «Nous partons sur 400 unités de boîtes de son, reprend-il. À titre de comparaison, le Paléo en utilise une quarantaine pour l’ensemble du site. L’effort porte sur l’identification du son: si un choriste chante à gauche, il est aussitôt repéré, et le son se déplace avec les artistes».

Les chants et textes arriveront au public via huit mâts de 29 mètres disposés tout autour de l’arène. Il n’y en avait qu’un en 1999: «Les haut-parleurs étaient perchés à 50 mètres et surplombaient la scène principale, se souvient Daniel Willi, président de la commission infrastructures et conception pour 2019. Entre l’orchestre côté Grenette et les Colombines à l’autre bout au bord du lac, il fut difficile de mettre tout le monde en phase».

L’éclairage ne sera pas en reste en termes de superlatifs: «Si on reprend la comparaison avec Paléo, ce dernier utilise 250 à 300 unités pour sa grande scène, explique François Mottier. Pour la Fête, les sources lumineuses seront au nombre de 2000, sans compter les kilomètres de câbles qui vont avec. Nous aurons aussi un important appareillage de mapping(ndlr, projection de lumière ou de vidéos sur des volumes afin de recréer des images de grande taille en relief): 42 machines parmi les plus puissantes du marché».

«Les arènes auront les proportions de celles de Nîmes ou de Vérone»

S’y ajouteront quatre écrans LED de 60 m2 disposés aux extrémités de l’arène et au milieu des tribunes latérales. «Ils seront montés sur rails et déplacés à la main pour offrir des angles de vue différents selon les besoins, pour habiller le fond de scène, diffuser les images du spectacle ou des informations de services».

Les «régies de pilotage» culmineront au sommet des arènes sur deux étages de conteneurs du côté de la salle del Castillo (ouest). Plusieurs mini-régies seront en outre dispersées dans l’espace scénique. Une équipe très internationale d’une trentaine de personnes s’activera en coulisses durant les spectacles, soit une vingtaine d’opérateurs aux postes clés et une dizaine pour la régie technique (gestion des figurants, timing, costumes, etc.).

Et que dire de l’écrin? «Des arènes aux proportions de celles de Nîmes ou Vérone, selon Daniel Willi, reposant sur 700 tonnes de charpente métallique. Ce qui est intéressant, c’est que par le passé des poutres préfabriquées soutenaient la structure. Là, 8000 m2 seront disponibles sous la scène pour la technique, l’accueil, le stockage, etc. Il y aura une vie en permanence là-dessous.»

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.