Passer au contenu principal

Des kilomètres d’attachement

Depuis toujours, la Fête des Vignerons inspire, attire et attise les passions de part le monde.

Estampe par Ernest Bieler de la Fête des Vignerons à Vevey en 1905.
Estampe par Ernest Bieler de la Fête des Vignerons à Vevey en 1905.
Ernest Bieler / Säuberlin & Pfeiffe

1819: Le coup de langue écossais

Quadrillant la Suisse avec sa précision de physicien, la décrivant avec son lyrisme de poète, William Beattie (1793-1875) a vécu la Fête de 1819. Et c’est peu dire que l’Écossais, parfois aussi saumâtre que les eaux d’un loch, ne se prive pas de s’en souvenir sur deux pages de Switzerland Illustrated, paru en 1836. Il décline le magnifique, le grotesque, il déclame et s’arrête sur tous les détails, y compris, le coup de langue de «bien être» de la vache à son vacher pendant que résonne le Ranz des vaches!

Notre dossier spécial consacré à la Fête des Vignerons

----------

1865: D'un trait allemand

Premier journal illustré allemand édité entre 1843 et 1944, l’Illustrierte Zeitung s’est emballé pour la Fête de 1865, avec plusieurs gravures la concernant, dont ce ballet des faucheurs qui se joue devant un public captivé. Pas un mot, que de l’image…

----------

1889: Bienvenue en Savoie suisse

Le reportage du Monde illustré – il n’y a pas d’autres mots – prend son temps mais, petit détail, vu de Paris, il se situe en Savoie suisse! Et pourtant, à en croire l’auteur, il a fini sous les tropiques: «Cinq heures de cuisson, de bronzage, mais le spectacle vous paye amplement de ce nouveau supplice du gril. Et le pittoresque y gagne, hommes et femmes (…) tous comme de purs Africains, se mettent sur la tête voiles, mouchoirs, abat-jour verts à la façon des horlogers.»

----------

1909: La pampa en bredzon

Ces plus de 11'000 km séparant l’argentine Baradero de Vevey? Même pas peur! La fierté de porter le costume de ses racines fribourgeoises vaut tous les efforts. Henri Genoud fera deux fois le voyage pour participer aux Fêtes de 1889 et 1905 (en photo ci-dessous). En 1865 – deux ans avant de quitter Châtel-Saint-Denis pour la pampa, son père, Nicolas, présidait le groupe des armaillis…

----------

1955: La calculette irlandaise

Le poids d’une tradition, l’Irish Independent l’a mesuré comptant! Des 4000 figurants aux 450 choristes, des 100'000 spectateurs de l’édition de 1927 en promettant encore plus à celle de 1955 aux 300'000 pounds du budget, des 3 heures et demie de spectacle aux 16'000 places des arènes, le compte est bon, rien ne manque! Même pas le bonheur d’avoir mesuré l’attachement veveysan au charme d’un autre temps.

----------

1999: Année polyglotte

La promotion touristique a fait son entrée, la Fête fait parler d’elle, du vin et de la Suisse dans une revue de presse où les titres prestigieux ne manquent pas, de la Weltwoche au New York Times, et qui fait un joli petit tour du monde de la Belgique à Dubaï, en passant par Singapour, l’Égypte, le Japon et le Canada.

2019: L'inflation canadienne

Son amour de la Fête, Jean-Pierre Beltrami – Vevey dans les veines, la Nouvelle-Zélande comme lieu de naissance et Québec pour résidence – ne le conçoit que dans le partage avec, à chaque fois, plus de monde dans ses pas. En 1955, son épouse l’accompagne, en 1977, leurs premiers enfants, en 1999, il affrète carrément un avion pour entraîner 250 personnes vers Vevey. À 88 ans, cela fait deux ans qu’il prépare le voyage de 2019. Son aîné lui a promis: «Tu iras, même en ambulance!» «La Fête des Vignerons est une chose précieuse, une étape dans la vie d’un exilé, l’hommage de l’homme à la terre. Et les verres se lèvent, s’entrechoquent. Et on en chante une. Ah… la Fête des Vignerons.»

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.