Leonie Waldmann, de la poésie dans la vie

PortraitLa Zurichoise est le trait d’union entre Suisse romande et allemande. Cette fana de danse adore intégrer le «team de la Guinguette» à Vevey deux fois par mois.

Leonie Waldmann ne boude pas son plaisir de prendre le train Zurich-Vevey pour ses séances au QG de la Fête.

Leonie Waldmann ne boude pas son plaisir de prendre le train Zurich-Vevey pour ses séances au QG de la Fête. Image: Florian Cella

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Elle dit son français approximatif alors qu’on aimerait parler l’allemand aussi bien qu’elle maîtrise la langue de Molière. Leonie Waldmann a quand même préparé son entretien. Elle l’admet, l’exercice de l’interview la stresse un peu. «En général, je préfère rester dans l’ombre et briller par mon travail.» Du coup, son ordinateur portable est ouvert sur un site de traduction immédiate. «Je suis en train de suivre des cours de français», s’excuse-t-elle.

«Dans mes échanges avec les cantons, les Alémaniques m’envoient des mails et des mails avec une cinquantaine de questions détaillées. Côté romand, on me dit plutôt qu’on verra bien»

Leonie Waldmann, c’est l’Alémanique du «team de la Guinguette», comme elle surnomme l’équipe du QG de la Fête des Vignerons, derrière la gare de Vevey. La pétillante Zurichoise, 37 ans, est coordinatrice des Journées cantonales alémaniques, qui serviront de vitrine aux cantons durant la Fête. «Dans mes échanges avec eux, les Alémaniques m’envoient des mails et des mails avec une cinquantaine de questions détaillées. Côté romand, on nous dit plutôt qu’on verra bien», s’amuse-t-elle.

Ne cherchez pas pour autant la citadine hautaine de la mégapole qui snobe les «Welches». Depuis l’adolescence, elle s’est au contraire éprise de ce pays romand et de sa langue, qu’elle trouve plus séduisante que le «Schwyzerdütsch». De 20 à 25 ans, elle pose ses valises à Bienne, tout un symbole du bilinguisme helvétique. Ce sont les années de ses études en commerce et marketing à La Neuveville (NE) et de ses premiers mandats dans l’événementiel culturel.

Dès lors, elle ne boude pas son plaisir d’avaler deux fois par mois les trois heures de train qui la séparent de cette Riviera qui l’émerveille toujours un peu plus: «Nous avons bien sûr un lac à Zurich, mais pas avec une telle ouverture et les montagnes en arrière-fond. Sans compter l’esprit attachant des Welches.»

La trentenaire évoque sa passion de la danse, de tous les types de danse pratiquée avec le même plaisir dans un club de la très branchée Langstrasse ou en communion avec la nature. Virevoltante, elle l’est aussi sur le plan professionnel, aimant les challenges et carburant à l’adrénaline. Il faut que ça bouge et si possible en musique.

Un besoin de mouvement perpétuel qui se double d’un attachement aux rapports chaleureux entre collègues, et à tous les échelons: «Je veux pouvoir échanger avec le responsable de la construction d’un site comme avec le big boss. J’aime être sur le terrain. Le bureau à 100%, très peu pour moi.»

Du café culturel au WEF
Cette énergie s’appuie sur un solide parcours. Leonie Waldmann fait ses premières armes chez BrainStore, «une boîte à idées de 25 personnes», qui a notamment accouché de l’offre Voie 7 des CFF. Parmi les projets de ses débuts, la jeune femme aime à se rappeler l’Artix Club, un café culturel à Bienne. Dans le domaine de l’innovation, elle collabore avec la Confédération, ce qui la rode aux aspects plus politiques des manifestations d’envergure. «J’ai du reste grandi dans une famille très politique et j’aime ça», ajoute-t-elle.

Participer à l’organisation du très select World Economic Forum de Davos pour le compte d’une société d’events l’amènera à changer de registre pendant dix ans. Une belle opportunité professionnelle au terme de laquelle la Zurichoise aspire toutefois à revenir à une autre logique de travail: «Aujourd’hui je travaille pour la société eggliwintsch, une entreprise qui se caractérise par son rapport humain et son leadership féminin. Je peux davantage exprimer mes deux côtés, le créatif et le pragmatique. Ce que j’aime, c’est mettre de la poésie dans la vie.» De la compétence donc, mais jamais sans une certaine légèreté: «Ma maman est artiste et mon papa aiguilleur du ciel. De l’art et des chiffres. C’est le bon mix.»

«On n’a jamais vu ou planifié un tel truc en Suisse depuis Expo.02»

La Fête des Vignerons, elle avoue, ça ne lui disait rien avant d’être embauchée. Et maintenant? «J’ai découvert une tradition incroyable, avec une histoire riche que j’ai sentie dès mon premier jour de visite au Musée de la Confrérie, tout en gardant un regard porté sur le futur. Cette Fête, c’est un terroir, c’est l’Unesco, Daniele Finzi Pasca (Ndlr: directeur artistique de la Fête). Et des arènes! On n’a jamais vu ou planifié un tel truc en Suisse depuis Expo.02.»

Il reste encore une lacune à combler à Leonie Waldmann pour être une parfaite «Welche», surtout en travaillant pour la Fête des Vignerons: «Je connais très peu les vins vaudois. Je bois plutôt des vins du Portugal, de France, d’Italie. Mais je commence à m’y mettre.» (24 heures)

Créé: 09.04.2018, 15h38

Articles en relation

Hugo Gargiulo migre avec ses rêves

Portrait Descendant d’immigrés italiens, le scénographe, acteur et auteur uruguayen, est venu en Suisse, au Tessin, par amour et avec la Compagnia Finzi Pasca. Plus...

Flore Duboux, l’amour et la joie à vie

Portrait L’enfant-cep avait 7 ans en 1999 quand elle donnait le signal de fin avec Arlevin. Future psychologue, assistante à l’UNIL, elle sera à la Fête des Vignerons en 2019. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 14 novembre 2018
(Image: Bénédicte) Plus...