Passer au contenu principal

Mélanie Ansermot Jacot

A 36 ans, la jeune femme de Jongny fait partie des plus de 5000 acteurs-figurants qui se sont inscrits pour la Fête.

Colombine en 1999, Mélanie Ansermot Jacot se réjouit de faire la Fête des Vignerons de 2019 avec son fils.
Colombine en 1999, Mélanie Ansermot Jacot se réjouit de faire la Fête des Vignerons de 2019 avec son fils.
DR

Ce n’était pas un concours, il n’y avait pas de première place à prendre, juste l’envie de montrer son envie pressante de… Fête des Vignerons. Comme tant d’autres, Mélanie Ansermot Jacot, animatrice auprès d’enfants, a rempli le formulaire d’inscription pour 2019 à peine arrivé dans sa boîte mail, elle a été la toute première à le renvoyer à la Confrérie des Vignerons avec l’impression que 1999, c’était hier.

----------

Notre dossier spécial consacré à la Fête des Vignerons

----------

Hier que la Colombine coiffait ses cheveux roses, sa couronne dorée et vivait une belle histoire d’amour avec le public. «Ce succès, il était incroyable. Magique! Quand tout a commencé au Couronnement lorsque les Cent-Suisses nous ont portées aux nues, on ne s’en rendait pas encore compte, mais voilà! C’était extraordinaire, une Fête extraordinaire. J’avais 17 ans.»

Depuis l’osmose de l’espiègle bande des neuf se cultive dans un groupe WhatsApp! «C’est sympa, appuie Mélanie Ansermot Jacot, on est toujours en contact avec les filles. Certaines se sont aussi inscrites pour 2019, d’autres ont eu peur de ne pas retrouver cette même magie. Pour moi, tout est clair, je sais que ce sera différent et ne cherche pas à revivre les mêmes sensations. Mais cette Fête fait partie de moi comme de toute personne venant de cette région, l’important est donc d’y prendre part et comme j’ai un fils de 10 ans, je voulais lui transmettre cette culture, on s’est inscrit ensemble pour vivre l’événement ensemble.»

«J'ai envie de partager cette aventure avec mon fils»

Le duo n’a pas encore trouvé l’occasion de passer devant les couturières pour la prise de mesures, il n’a pas davantage participé aux différents castings déjà organisés. «Les Cent-Suissesses? Ah non, surtout pas, ça doit rester des hommes! Non, je n’ai pas d’ambitions particulières, simplement envie de partager cette aventure avec mon fils.»

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.