Les Fêtes du XXe siècle reflètent leur époque

Fête des VigneronsChaque célébration est une sacrée histoire. Retour sur cinq dates.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

1905: Les lève-tôt au rendez-vous de Vevey

Les 75'000 spectateurs de la Fête des Vignerons de 1905 ont dû se lever tôt. Voyez plutôt le programme de la journée officielle, le vendredi 4 août: à 7h45 du matin déjà, la troupe d’honneur et les Suisses faisaient leur entrée dans les arènes de 12'500 places. Le public était donc prié d’être déjà «casé», histoire de ne rien manquer. À 8 heures, au coup de canon, les troupes de Palès, Cérès, Bacchus et de l’Hiver entraient au son de la «Marche triomphale», des cloches de l’église Saint-Martin et des salves d’artillerie. Suivirent le discours de l’abbé-président de la Confrérie, Émile Gaudard, le couronnement, la distribution des récompenses aux vignerons méritants et le Cantique suisse. Les ballets des saisons et le poème lyrique pouvaient alors commencer et duraient jusqu’à midi. Un horaire qui permettait de profiter de la lumière matinale en évitant les grandes chaleurs. Il fallait auparavant se déplacer: les premiers trains quittaient Lausanne dès 5h03. Mais les Moudonnois, par exemple, devaient embarquer à 4h40 déjà dans un convoi spécial des Chemins de fer du Jorat à destination de la Sallaz, d’où les Tramways lausannois se chargeaient de les convoyer à la gare CFF pour le train de 6h40. Les figurants n’étaient pas en reste. À 5h du matin, 22 coups de canon se chargèrent de réveiller les plus fatigués. À 6h30, ils se réunissaient. Ils ne purent souffler qu’à partir de 13h, au cours du banquet officiel

L'événement: L’année 1905 reste dans les annales pour de multiples raisons. En Suisse, on pense au tristement célèbre triple meurtre de Commugny, commis par Jean Lanfrey qui, saoul, tue femme et filles. Un drame qui aboutira à la prohibition de l’absinthe. Le percement du Simplon ou le premier Salon de l’auto de Genève méritent une mention. Mais la très discrète parution, en juin, dans une revue scientifique, d’une étude «Sur l’électrodynamique des corps en mouvement», par un physicien de 26 ans nommé Albert Einstein, est peut-être l’événement mondial le plus important puisque c’est le point de départ d’une révolution de la physique. La célèbre formule E = mc2 naît en septembre dans son article suivant.

L'objet de l'année:

Il porte le nom bizarre de tréponème pâle, «Treponema pallidum» en latin, et c’est une bactérie. Vue pour la première fois dans un microscope cette année-là à Berlin par le zoologiste Fritz Schaudinn et le médecin Erich Hoffmann, elle est responsable d’une maladie qui a ravagé l’Europe depuis le XVe siècle: la syphilis. Les premiers médicaments vont ensuite pouvoir être développés, notamment à base d’arsenic, en attendant les antibiotiques.


1927: La Fête, c'est bon pour les affaires

Les réjouissances veveysannes, ça coûte bonbon. Prenez les billets pour les représentations de 1927: ils valent entre 5 fr. 50 et 82 fr. 50. À une époque où l’abonnement annuel à la «Feuille d’Avis de Vevey» se monte à 15 fr., où l’on peut acheter un kilo d’abricots du Valais pour 1 fr. 30 et 10 cigares pour 1 fr., ça fait cher. Bien sûr, direz-vous, il y a le spectacle, ses 2000 figurants, ses cinq corps de musique et son orchestre de 150 exécutants, évoluant dans un décor de muraille médiévale. Mais il vous faudra encore ouvrir votre bourse, ou alors résister aux nombreuses invitations des commerçants qui connaissent le bon filon. Le spectacle dure des plombes? Vananti, le marchand de graines de la rue de Lausanne à Vevey, a pensé à vos fesses: pour «quelques sous», il fournit de charmants coussins, emplis avec 1kg de bourre d’épeautre ou de millet. Le soleil tape dur sur les estrades? Marcelle, la chapelière de la place du Temple, propose un chapeau de soleil «léger, souple, garni ruban fantaisie» à 8 fr. 90. Vous craignez une annulation pour cause d’intempéries? Émile Gafner, à Lausanne, propose une assurance contre la pluie, remboursement à 80% assuré, pour un peu plus de 10% du prix du billet. Et comment résister à l’album officiel en couleur? Pas cher, 5 fr., chez Payot. La Fête laissa tout de même le joli bénéfice de 216'215 francs

L'événement:

Le début de la guerre civile chinoise – qui fera des millions de morts – et le séisme qui en fit 200'000 à Xining pèsent lourd dans la mémoire de 1927. En Suisse, les faits saillants sont plus anecdotiques, de l’inauguration du Tribunal fédéral à Mon-Repos à la levée de l’interdiction de circuler en voiture dans le canton des Grisons. Ce sont des histoires d’aviateurs qui, sans doute, ont le plus marqué les esprits. Les Français Nungesser et Coli voulaient être les premiers à franchir l’Atlantique: ils ont disparu corps et avion. Deux semaines plus tard, l’Américain Charles Lindbergh réussissait la traversée intercontinentale. À Paris, sa première visite fut pour la mère de Nungesser.

L'objet de l'année:

En 1927, Ford lance sur le marché l’automobile qui doit succéder à la mythique Ford T, dépassée par la concurrence. C’est la Ford A, qui offre une variété de modèles et d’usages, du coupé cabriolet au fourgon de livraison en passant par la berline avec séparation pour le chauffeur, capable de dépasser les 100 km/h. En quatre ans, le constructeur américain en livrera plus de 4,8 millions d’exemplaires.


1955: Le messager boiteux a payé de sa personne

Le messager boiteux (du nom des célèbres almanachs publiés dès le XVIIe) fut déjà intégré à la Fête de 1927. Mais en 1955, il prend une tout autre ampleur avec un interprète d’exception, Samuel Burnand, citoyen de La Tour-de-Peilz né en 1896. Mais faut-il bien parler d’interprète? Burnand n’incarne pas le rôle, il EST le messager boiteux. Pour cela, le barbu troque sa prothèse contre un pilon de bois et se met à disposition des organisateurs de la Fête, dont il devient le héraut, l’ambassadeur. Ainsi, en décembre 1954, il se rend à Lyon, porteur d’un message de David Dénéréaz, abbé-président de la Confrérie, afin d’informer la population de la tenue de la Fête. Il visite en costume les rédactions des quotidiens «Le Dauphiné Libéré» et «Le Progrès», mais aussi des hôpitaux et des cafés. Burnand effectue son grand exploit début mai: s’étant rendu à Berne remettre au président de la Confédération, Max Petitpierre, l’invitation à la première de la Fête, il en rentre à pied, parcourant les 109 km en six étapes. Pas moins de 64 automobilistes l’invitent à monter à bord, sans succès. Marcheur vétéran, ayant participé au Tour du Léman, Samuel Burnand, jambe de bois et long bâton en pointe de lance, est acclamé tout au long du parcours. À son arrivée à Vevey, il est accueilli triomphalement par des centaines de personnes.

L'événement:

C’est année-là est marquée en Suisse par une succession de crève-cœurs, des crues et inondations de janvier à l’attribution des Jeux olympiques de 1960 à Rome plutôt qu’à Lausanne en passant par le crash d’un Vampire dans un verger à Bavois. Sur le plan international, on pleure les disparitions d’Albert Einstein, d’Arthur Honegger et de James Dean. Mais c’est bien la signature du Pacte de Varsovie, alliance militaire entre les pays de l’Est et l’URSS, qui va durablement marquer l’histoire. Ce traité d’amitié, de coopération et d’assistance mutuelle a été conçu comme un pendant à l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN) liant les États-Unis à l’Europe de l’Ouest.

L'objet de l'année:

En octobre au Salon de l’automobile, du cycle et du motocycle de Paris, le fabricant automobile français Citroën présente, dans un enclos circulaire, un véhicule qui fait sensation: la Citroën DS. Design issu de l’aéronautique, confort exceptionnel grâce à sa suspension hydropneumatique, direction assistée, embrayage automatique et une foule de détails innovants la font adopter par toute la bonne société française, jusqu’au général de Gaulle qui en fera sa voiture officielle.


1977: Sam Leresche, un roi pour l'éternité

Si Samuel Burnand fut la révélation de la Fête de 1955 – il rempila d’ailleurs pour la suivante – Jean-Samuel Leresche, «Sam» pour les amis, demeure LA figure de 1977. Il incarna le roi de la Fête, personnage nouveau voulu par le scénariste Henri Debluë. Le metteur en scène Charles Apothéloz tenait à ce que ce rôle soit tenu par un homme de haute taille. Géant athlétique et blond de près de 2 mètres, Sam Leresche, 32 ans, originaire de Ballaigues, instituteur à Gimel, fut retenu pour être ce roi, lien entre les éléments, les saisons, les constellations et les humains. Homme de théâtre, figure de la Quinzaine artistique d’Orbe, il affirma un jour à «24 heures»: «Si j’ai préféré l’école c’est peut-être parce qu’elle est une forme de théâtre!» Durant l’hiver 1976-77, il prit des leçons d’équitation pour tenir son rang avec toute la dignité voulue sur «Rebecca», une jument de 12 ans. Véritable Roi-Soleil vêtu d’or, la moustache virile triomphante, Leresche éclaboussa de sa prestance aussi bien les spectacles que les cortèges où il fut très applaudi. Sans perdre de son bon sens et de sa modestie: «J’ai accepté le rôle parce qu’il est compatible avec l’enseignement, déclara-t-il. Si cela n’avait pas été le cas, je l’aurais refusé. L’école, c’est trop important pour qu’elle soit faite n’importe comment.» Un roi. Hélas parti trop tôt, en 2010, à 65 ans.

L'événement:

Sale temps pour les idoles que cette année 1977! Le King Elvis, terrassé par une crise cardiaque, mais aussi Charlie Chaplin, Groucho Marx, Jacques Prévert, René Goscinny, Erroll Garner et La Callas sont partis rejoindre leur Créateur. En Suisse, c’est l’année du refus des initiatives visant les étrangers, du oui à «Sauver Lavaux» et de la victoire de Lise-Marie Morerod au général de la Coupe du monde de ski. Mais aussi du premier Paléo en plein air et de la naissance du meeting Athletissima. Outre la venue de l’Égyptien Anouar el-Sadate à Jérusalem, premier chef d’État arabe en Israël, l’année est marquée à jamais par la collision de deux Boeing à Tenerife, qui reste le plus grave accident d’avion de l’histoire avec 583 morts.

L'objet de l'année:

Le 17 juin 1977, l’agence spatiale américaine (NASA) fait prendre l’air pour la première fois à son nouveau véhicule, la navette «Enterprise». En cette année où George Lucas sort le premier épisode de la série «Star Wars» et Steven Spielberg «Rencontres du troisième type», son nom fait référence à un troisième monument de la science-fiction, «Star Trek». En effet, la navette qui devait à l’origine s’appeler «Constitution» a été rebaptisée en hommage au vaisseau spatial de la série télé à succès.


1999: Quand la Lune a éclipsé la Fête

Le mercredi 11 août 1999, la Lune avait rendez-vous avec le Soleil pour une éclipse totale observable depuis une bonne partie de l’Europe, en effervescence ce jour-là. Et comme les astronomes l’avaient annoncée depuis belle lurette, le metteur en scène de la Fête de 1999, François Rochaix, avait décidé d’intégrer cet instant pas comme les autres au spectacle. Quelques minutes de nuit en pleine journée, ça ne se manque pas. À 12h27 précises, vignerons, enfants-ceps et ménades se sont immobilisés. Comme des millions d’autres habitants du continent, ils ont sorti leurs lunettes de protection, largement distribuées avant le spectacle, invitant figurants, public, musiciens et Cent-Suisses à en faire autant afin d’épargner leurs rétines. On avait craint que les nuages viennent gâcher cet instant magique où l’astre de la nuit vient occulter Jean Rosset. Il n’en fut rien et, comme par magie, les cumulonimbus s’écartèrent pour permettre à tous de voir le disque lunaire noir s’aligner parfaitement devant celui du Soleil. Quelques minutes inoubliables pour les 16'000 spectateurs et les 5200 figurants. Puis la célébration put reprendre, jusqu’au vibrant «Amour et joie» final chanté par l’ensemble des participants. Apparemment, il faudra attendre jusqu’en 2150 pour espérer voir une éclipse comparable. Durant une Fête?

L'événement:

La Coupe de Suisse de football remportée par le Lausanne-Sport (sa 9e) peut faire office d’événement de l’année pour les Vaudois, à moins d’y préférer le tour du monde en ballon réussi par Bertrand Piccard et Brian Jones, ou la sortie dans l’espace de Claude Nicollier lors de son quatrième vol. La Suisse, elle, se remet alors de la tempête «Lothar» et enregistre le renvoi d’Expo.01 à l’année suivante. Mais sur le plan planétaire, l’arrivée au pouvoir de Vladimir Poutine, chef du Service fédéral de sécurité de la Fédération de Russie, successeur du KGB, remporte le pompon. L’ancien espion de 47 ans, passé à la politique après la chute du mur de Berlin, va s’imposer comme le nouvel homme fort incontournable.

L'objet de l'année:

Dans les années 1970, le Conseil européen s’attelle à l’élaboration d’un système monétaire européen. On parle alors d’une monnaie commune, l’ECU. Diverses dévaluations de monnaies nationales le renvoient aux oubliettes. Finalement, le 1er janvier 1999, une fois le marché unique devenu réalité, l’euro fait son apparition dans onze des quinze pays que compte alors l’Union européenne. (24 heures)

Créé: 31.05.2018, 21h11

Articles en relation

Gautier, Cooper ou Madame Dussane, tous s’extasient

Histoire Des plumes de renom venues d’ailleurs louent les exploits répétés des Veveysans dans l’accomplissement des Fêtes. Plus...

Vaudois, Genevois et Parisiens, tous louent Bacchus à Vevey

Histoire Au cours des XIXe et XXe siècles, la Confrérie des Vignerons fait appel à de nombreuses personnes hors landerneau pour mener ses solennités. Plus...

1819: Le Ranz des vaches à Vevey

250 ans dans la vie des Vaudois Pour la première fois, le fameux air des armaillis est chanté en chœur à la Fête des Vignerons. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Publié le 20 septembre 2018.
(Image: Bénédicte) Plus...