Les chœurs, voix de la vigne

Fête des VigneronsÀ la rentrée, plus de 470 chanteurs ont reçu les partitions, ils sont déjà à l’œuvre afin de déchiffrer et d’apprendre musique et texte. Ambiance un lundi soir avec le Chœur symphonique de Vevey.

Luc Bagh­dassarian en répétition à Saint-Légier avec les membres du Chœur symphonique de Vevey, qui ont choisi de faire la Fête des Vignerons.

Luc Bagh­dassarian en répétition à Saint-Légier avec les membres du Chœur symphonique de Vevey, qui ont choisi de faire la Fête des Vignerons. Image: PATRICK MARTIN

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La mesure bat, aussi persuasive que stimulante et sous le pied de Luc Baghdassarian, le parquet tout entier vibre. «Je suis très content de ce que j’entends, mais on n’a pas encore le swing. Pensez à ceux qui recevront cette musique, le public devra danser avec vous.» Mais dans cette grande salle de Saint-Légier, le sol n’est pas le seul à frémir! Debout, les yeux rivés sur leur précieuse partition, alti, soprano, basses et ténors conjuguent leur talent comme leur envie d’être au top dans huit mois. Les répétitions ont débuté il y a cinq semaines, l’investissement est total, la responsabilité immense. Sur les deux heures trente de spectacle, plus de la moitié devrait passer et résonner avec leur voix. «Il n’y aura que très peu de moments récités, révèle François Murisier, président du Conseil artistique de la Fête des Vignerons et choriste. La très grande partie du message que l’on souhaite faire passer est là, dans la musique et les paroles.»

La seule addition des trois compositeurs, des deux poètes, de quelque 470 choristes, de 300 percussionnistes, de 100 à 150 enfants, sans oublier 11 armaillis, vient en appui. En plus de la conviction collective d’aller vers quelque chose d’unique et la conscience d’être encore en phase de découverte. «À l’interne, nous avons eu la chance de voir les textes et musiques arriver progressivement. Il n’y a pas eu de veto! Des modifications, des corrections, oui, lorsque les correspondances avec le calendrier de la vigne n’y étaient pas. Et, insiste François Murisier, nous l’avons dit, l’idée n’était pas d’être dans la comparaison entre une Fête et une autre, mais de disposer d’une partition au service du spectacle.» Dans la grande salle de Saint-Légier, alors que l’activité viticole habite les paroles, les notes sonnent. Enlevées. Magnétisantes. Et même assez jazzy.

Juste avant, en aparté, le président du Conseil artistique l’avait bien dit. «Entre Maria Bonzanigo, Jérôme Berney et Valentin Villard, il y a chez l’un, une préférence pour le rythme, chez l’autre pour le mélodique alors que la troisième allie les deux composantes. Chacun est là avec son univers et sa personnalité musicale, mais au final on arrive à une même couleur, c’est juste fascinant. Nous ne serons pas face aux différences de 1999. Cette fois, on sent, on sait que les trois compositeurs ont énormément discuté et travaillé ensemble.»

«C'est une musique qui plaît»

Au point, d’ailleurs, de piquer la perspicacité des différents chefs! «On a un petit concours entre nous, on s’amuse à faire deviner qui est qui?» Mais Luc Baghdassarian n’a pas que l’âme joueuse, il est à fond dans son rôle de préparateur, les émotions remises à plus tard. «Je ne suis pas encore dans ce registre, je n’ai pas encore le recul suffisant pour travailler en me laissant aller. Ma mission est de leur donner les moyens de vivre cette musique comme une matière organique. Je dois leur donner la colonne vertébrale pour qu’ils puissent s’adapter une fois que les conditions auront changé. Qu’ils seront dans les arènes avec une bande-son, avec du public, tous ensemble et peut-être avec d’autres indications que les miennes. Ça va passer vite jusque-là, on n’a pas le temps du round d’observation.» Verdict? Derrière son piano, le passionné vit chaque note. Il prend. Il aime. «Intrinsèquement, c’est déjà très bien», lance-t-il. Face à lui, 70 chanteurs – sur 117 membres du Chœur symphonique de Vevey ayant choisi de faire la Fête – qui connaissent bien leur chef. Tous savent qu’un «mais» va suivre, ils le verbalisent avant lui dans un éclat de rire collectif. Luc Baghdassarian ne se fait pas prier… «Lorsqu’il y a un silence, ça ne veut pas dire que ça se termine. Et là, sur «l’odeur de la terre», il faudrait un sostenuto. C’est trop syllabique à mon goût.» Dans la foulée, il ouvre une immense boîte à références, invoquant pour inspirer un phrasé ou amadouer une rythmique, Véronique Sanson, le tango finlandais – «oui, oui, ça existe» –, la nécessité de se lâcher, de ne pas être trop bien éduqué, la pop comme Johnny Hallyday.

Le temps est à la musique pour la musique et… à la patience. «On ne dit pas encore dans quel cadre cette chanson ou cet air seront chantés, glisse François Murisier. L’idée n’est pas d’expliquer la Fête mais de laisser la surprise le plus longtemps possible, en plus de se concentrer sur l’apprentissage des textes par cœur d’ici avril.» Entre Lausanne et Saint-Maurice, 900 à 950 musiciens s’y attellent, chacun dans sa salle de répétition. Ce qui n’empêche pas les parois d’être perméables. «J’ai eu beaucoup d’échos de chefs, et à travers eux, de choristes, confie Luc Baghdassarian. C’est une musique qui plaît, ils ont réussi: ce n’était pas facile.»


Notre dossier spécial consacré à la Fête des Vignerons (24 heures)

Créé: 12.10.2018, 17h04

Articles en relation

Valentin Villard a la musique dans la peau

Portrait Le Valdo-Fribourgeois a été choisi avec deux de ses pairs pour écrire la musique de la Fête des Vignerons. Depuis l’enfance, il entend les notes dans sa tête avant de les écrire. Plus...

Onze voix pour le «Lyoba» de la Fête

Ranz des vaches Pas de star unique à Vevey en 2019. Une équipe reproduira l’ambiance des alpages, grâce à l’écho créé entre plusieurs groupes Plus...

Les musiques se façonnent à dix mains

Fête des vignerons Le travail s’effectue en tandems librettiste-compositeur, avant de se retrouver à quatre, puis à cinq. Avec comme préoccupation principale: créer des émotions. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 13 décembre.
(Image: Bénédicte) Plus...