Le créateur veut faire des figurants une grande tribu

Fête des VigneronsDaniele Finzi Pasca partage une relation très particulière avec les membres de sa Compagnie. Il veut transposer ces liens auprès des participants à la célébration.

Étudiantes en Soins infirmiers à la HESAV-Haute École de Santé Vaud, Milène, Egzona, Joanna et Léonie planchent sur les risques du soleil pour les futurs spectateurs de la Fête.

Étudiantes en Soins infirmiers à la HESAV-Haute École de Santé Vaud, Milène, Egzona, Joanna et Léonie planchent sur les risques du soleil pour les futurs spectateurs de la Fête. Image: CHANTAL DERVEY

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Qu’un créateur de cette envergure monte sur scène pour embrasser et féliciter un à un tous ses comédiens, c’est rare. Qu’il fasse, en plus, participer aux saluts également nos techniciens, c’est encore plus rare.» Brigitte Romanens-Deville, directrice du Reflet-Théâtre de Vevey, était admirative lors de la première des trois représentations de «Donka», qui ont eu lieu entre ses murs en ce début d’octobre. Émanait de la Compagnie Finzi Pasca une impression de grande famille joyeuse, partageant émotions et rires dans un feu d’artifice ébouriffant.

De l’aveu du créateur de cette pièce et metteur en scène de la prochaine Fête des Vignerons, Daniele Finzi Pasca, «Donka» était bel et bien l’occasion, pour les acteurs-figurants de l’édition 2019, «de voir cette notion de troupe que nous voulons transposer dans les arènes de la Fête des Vignerons. Avec «Donka», les futurs participants ont pu non seulement comprendre quelles nuances nous recherchons, mais également approcher cette volonté, très importante, que j’ai de ne pas mettre en scène des personnes les unes à côté des autres mais bien de faire apparaître un corpus, une grande tribu qui bouge.»

Dans cette «exaltation du grand nombre» en mouvement ne doit pourtant pas être gommée la notion d’individualité, qui apparaîtra dans des détails textiles notamment: «C’est très émouvant et touchant de voir surgir les petites différences qu’a prévues Giovanna (ndlr: Buzzi, la conceptrice des costumes). Chaque tenue est un petit peu modifiée l’une par rapport à l’autre, par exemple dans les lignes géométriques des Cent-Suissesses.»

Entre standing-ovation et présentation du spectacle par Daniele Finzi Pasca prise d’assaut par 200 personnes, les spectateurs de «Donka» semblaient totalement conquis. «La Fête des Vignerons va être formidable», entendait-on à l’issue des représentations. Daniele Finzi Pasca est très proche des comédiens de sa Compagnie, dont certains membres l’accompagnent depuis une vingtaine d’années. Comment créer ce liant, sur un temps plus restreint, avec les acteurs-figurants de la Fête? Tout un chacun ayant déjà rencontré le créateur aura déjà perçu la chaleur avec laquelle il accueille chaque personne. Et pour finir de se convaincre qu’il parviendra sans problème à tisser les liens pour insuffler ce bel esprit de famille, il suffit de l’observer, alors qu’il donne des instructions pour ses spectacles. «24 heures» a eu la chance de se glisser en coulisses, pendant les répétitions de «Donka» au Reflet-Théâtre de Vevey.

«Mes gestes n’indiquent pas seulement un tempo»

Dans l’approche du créateur, ni sévérité ni cris qui prévalent chez d’autres. Ce qui frappe avant tout est la façon dont Daniele Finzi Pasca semble donner le tempo aux paroles des comédiens-acrobates, les rythmant de gestes de chef d’orchestre, marquant notamment respirations ou attaques de phrasé. Lorsqu’il s’éclipse pour – selon toute vraisemblance – une conférence téléphonique par Skype, la troupe continue à s’entraîner: au fond, des jongleurs échangent leurs balles rouges; à droite, un contorsionniste teste sa souplesse, plié en deux; deux acteurs se donnent la réplique sur fond de musique à l’accordéon, réminiscence de soirées de chants au coin du feu. Une cacophonie harmonieuse, qui rappelle le moment, juste avant un concert, où les différents instruments de l’orchestre symphonique s’accordent chacun de leur côté avant de se rejoindre pour le début du concert.

La musicalité, que Daniele Finzi Pasca aime mettre en avant, saute aux yeux à tous les niveaux. «Mes gestes n’indiquent pas seulement un tempo, mais des intentions, des informations non verbales. Une façon, aussi, de donner un sens aux silences, pour dévoiler les secrets qui se cachent entre les mots.» Entre cette capacité à faire émerger le non-dit et sa façon de passer d’une langue à l’autre, pas de doute: Daniele Finzi Pasca trouvera à coup sûr la façon de s’adresser et de toucher les acteurs-figurants.


Notre dossier spécial consacré à la Fête des Vignerons

Créé: 12.10.2018, 16h01

Articles en relation

Donka à Vevey: un avant-goût pour les figurants de la Fête des Vignerons

Théâtre La compagnie Daniele Finzi Pasca présente son spectacle hommage à Tchekhov pour 3 représentations. Plus...

«Raconter tous les hommes à travers un seul»

Battements de coeur Daniele Finzi Pasca se concentre sur le geste du vigneron de Lavaux pour viser l'universalité. Plus...

Hugo Gargiulo migre avec ses rêves

Portrait Descendant d’immigrés italiens, le scénographe, acteur et auteur uruguayen, est venu en Suisse, au Tessin, par amour et avec la Compagnia Finzi Pasca. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.