Votre navigateur est obsolète. Veuillez le mettre à jour avec la dernière version ou passer à un autre navigateur comme ChromeSafariFirefox ou Edge pour éviter les failles de sécurité et garantir les meilleures performances possibles.

Passer au contenu principal

La Bâtie – Festival de GenèveForsythe culmine, Koutchoumov chagrine

Entre la classique Parvaneh Scharafali et le breakdancer Rauf Yasit, l’harmonie s’obtient à force d’incessantes tractations.
Rauf «RubberLegz» Yasit dialogue aussi humblement qu’expertement avec Brigel Gjoka dans «A Quiet Evening of Dance».
Même l’humour s’invite, sous forme de morpion ici, dans le duo de Jill Johnson et Christopher Roman.

La contrainte du diptyque

Toujours juste, c’est une Charlotte Dumartheray enceinte de sept mois et demi qui campe Ophélie, censément engrossée par le défunt roi dans cette relecture d’«Hamlet».
Dans cette scène d’«Après Hamlet», Arnaud Huguenin (le metteur en scène, debout) réduit ses acteurs au silence (Charlotte Dumartheray, à gauche, Jérôme Denis en Hamlet, et Géraldine Dupla, Gertrude).
1 commentaire
Trier:
    Malentraide

    Les merveilleux danseurs dirigés par William Forsythe nous ont offert un des plus beaux spectacles vus ces dernières saisons. Au risque de passer pour un ancien combattant des arts de la scène un peu mélancolique, les deux pièces dansées m'ont rappelé les meilleures années de la Bâtie quand la "dream team" à la tête du festival proposait au public genevois certaines des créations mondiales les plus (im)pertinentes. Une seule exigence pour l'avenir : encore ! ;)