Passer au contenu principal

Derendingen (SO)Forteq délocalise: 28 emplois supprimés

L’entreprise soleuroise forteq, spécialisée dans les composants en plastique pour l’industrie automobile, déménage son site de production en République tchèque. Près d’une trentaine de postes supprimés.

Le syndicat Unia exige un plan social viable pour les employés licenciés chez forteq. Keystone/archive
Le syndicat Unia exige un plan social viable pour les employés licenciés chez forteq. Keystone/archive

L’entreprise forteq va délocaliser la production de son site de Derendingen (SO) en République tchèque avant la fin de l’année. Jusqu’à 28 salariés sur 33 pourraient perdre leur emploi.

La délocalisation devrait être achevée d’ici à fin octobre, indique l’entreprise, qui produit principalement des composants en plastique pour l’industrie automobile, sur son site internet. La direction a entamé la procédure de consultation prévue par la loi. Un plan social est prévu.

Le centre de compétences en technologie des engrenages, en partie situé à Derendingen, sera par ailleurs concentré à Nidau (BE). La division santé n’est pas concernée par ces mesures.

La délocalisation n’est pas liée aux conséquences économiques du coronavirus, précise la société. Elle vise à créer une meilleure proximité avec les clients. La taille et les normes d’aménagement de l’usine de Derendingen ne répondaient en outre plus aux exigences de l’industrie automobile.

Plus de la moitié des employés concernés ont plus de 50 ans et seront confrontés à de grandes difficultés dans la recherche d’emploi, prévient mardi soir le syndicat Unia. Un plan social viable, des retraites anticipées sans interruption de cotisation et un maintien maximal des emplois dans d’autres entreprises du groupe doivent être garantis, exige-t-il.

(ATS/NXP)