Passer au contenu principal

PortraitFred Baillif filme des ados tourmentées

Le dernier film du Genevois a décroché un prix prestigieux à la Berlinale.

Fred Baillif s’appuie sur une méthode «intuitive»pour réaliser ses films.
Fred Baillif s’appuie sur une méthode «intuitive»pour réaliser ses films.
FRANK MENTHA

En jogging dans son tout petit bureau de Saint-Jean, Fred Baillif se recroqueville pour nous faire de la place. Ses jambes croisées font ressortir ses baskets bordeaux. «C’est des Jordan! Commente, non sans fierté, le réalisateur de 48 ans. À l’époque, c’était super rare, on ne pouvait en acheter qu’aux States…» Le natif de Sézenove se les est payées récemment, lorsqu’il a appris que son dernier film remportait le prestigieux prix du meilleur film dans la catégorie 14 + à la dernière Berlinale.

«La mif», comprenez «la famille» en verlan, raconte en plusieurs chapitres les parcours cabossés d’adolescentes vivant en foyer. Ce film de fiction a la particularité d’avoir été tourné sans aucun acteur professionnel et sans dialogue écrit. Tous les intervenants jouent un rôle qui ressemble au leur, des adolescentes aux éducateurs, et s’expriment avec leurs mots.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.