Passer au contenu principal

Aménagement du territoireFribourg ne veut pas du centre logistique géant de Saint-Aubin

Le Canton n’a avalisé que partiellement le plan d’aménagement local de la Commune broyarde.

Le centre logistique prévu devait s’étendre sur 204 mètres de long pour 138 de large, soit l’équivalent de quatre terrains de football.
Le centre logistique prévu devait s’étendre sur 204 mètres de long pour 138 de large, soit l’équivalent de quatre terrains de football.
SÉBASTIEN GALLIKER

Les gabarits installés depuis deux ans dans une parcelle agricole de Saint-Aubin (FR), en direction de Domdidier, laissent encore imaginer les dimensions du centre logistique maous que les entreprises Grisoni-Zaugg et Von Bergen souhaitaient développer dans la Broye fribourgeoise. Sur 15 mètres de haut, le complexe devait proposer quelque 28’000 m2 de surface au sol, l’équivalent de quatre terrains de football! Mais cette parcelle privée de 66’000 m2, où le centre de loisirs Family Land était évoqué au tournant des années 2000, risque bien de ne jamais voir la moindre pelleteuse.

«Le maintien en zone de la parcelle va à l’encontre des dispositions de la loi fédérale sur l’aménagement du territoire. Le changement d’affectation de zone commerciale à zone d’activités a créé une augmentation des possibilités de développement», justifie Corinne Rebetez, porte-parole de la Direction de l’aménagement, de l’environnement et des constructions au sujet de la récente décision de Fribourg de n’accepter que partiellement le plan d’aménagement local (PAL) de la Commune. En clair, le Canton va remettre ce secteur en zone agricole.

Emplois perdus

Une décision qui ne fait les affaires ni des promoteurs, ni du propriétaire, ni de la Commune. Début 2017, les deux sociétés avaient déjà essuyé un échec à Avenches. À l’époque, la méga-halle devait permettre au géant de l’ameublement Ikea de développer son commerce en ligne. Revu de l’autre côté de la frontière cantonale, le projet impliquait 300 véhicules supplémentaires par jour, dont 150 poids lourds. Mais aussi une bonne centaine de nouveaux postes de travail, qui ne seront pas créés, regrette le transporteur.

«Le maintien en zone de la parcelle va à l’encontre des dispositions de la loi fédérale sur l’aménagement du territoire»

Corinne Rebetez, porte-parole de la DAEC

Malgré un climat politique compliqué, la société souhaite poursuivre sa vision. «Un tel centre logistique permet de regrouper différents stockeurs industriels afin de minimiser l’impact écologique», garantit le directeur Marc Von Bergen. Et l’effet le Covid a accentué la demande pour l’e-commerce. Le transporteur recherche donc d’autres lieux.

Besoin logistique

Contacté, le constructeur Grisoni-Zaugg affirme aussi vouloir trouver prochainement une solution, à Saint-Aubin, qui abrite d’autres terrains constructibles, ou ailleurs. «Entre un producteur et un consommateur, il existe un besoin logistique. Nous ne faisons que répondre à un besoin», justifie le directeur Louis Risse.

La Commune souhaiterait naturellement abriter ces futurs postes de travail. Mais dans le même temps, Saint-Aubin doit s’entendre avec le Canton pour le développement de la zone AgriCo voisine. «Diverses séances sont prévues avec les partenaires de ce dossier, mais aucune décision n’a été prise quant à un éventuel recours», conclut le syndic Daniel Collaud.

2 commentaires
    Dédé

    A Tolochenaz (feu projet "Ouest Village" refusé en référendum) ou dans la Z.I. de Vufflens-Aclens, il y aurait de la place.