Passer au contenu principal

CoronavirusGastroSuisse mitigée face aux décisions du Conseil fédéral

GastroSuisse salue l’assouplissement des conditions pour les cas de rigueur mais l’association faîtière demande aussi à accélérer les versements.

La pilule reste amère pour le secteur de l’hôtellerie et de la restauration en ces temps de pandémie.
La pilule reste amère pour le secteur de l’hôtellerie et de la restauration en ces temps de pandémie.
TAMEDIA AG

Le Conseil fédéral a pris une décision importante pour le secteur de l’hôtellerie et de la restauration en assouplissant les conditions des cas de rigueur. Selon l’association professionnelle GastroSuisse, il faut désormais accélérer les versements.

Jusqu’à présent, seulement 0,4% des fonds approuvés ont été versés, a expliqué le président de GastroSuisse, Casimir Platzer, lors d’une conférence de presse mercredi. «Cela n’aide personne», a-t-il déclaré, ajoutant que les personnes et les entreprises seraient plus enclines à respecter les mesures si elles n’avaient pas à se battre pour leur survie.

Cependant, le Conseil fédéral a désormais reconnu la gravité de la situation et «a écouté notre appel», estime la Fédération de l’hôtellerie-restauration. M. Platzer estime que l’augmentation des contributions à fonds perdu et la réduction des obstacles pour bénéficier du statut de cas de rigueur sont des décisions importantes et qu’elles vont dans la bonne direction.

«Situation alarmante»

La situation reste alarmante pour l’ensemble du secteur, estime-t-il, car il est confronté à une interdiction de travail de six semaines supplémentaires. Cette période représente la haute saison pour de nombreuses entreprises, a-t-il encore relevé.

Il a à nouveau argumenté que les autorités fondent leurs décisions sur des données peu fiables, comme la valeur R, c’est-à-dire le taux de reproduction du coronavirus.

ATS/NXP