Passer au contenu principal

Rixe au couteau près du skatepark de Plainpalais

Un jeune homme a été poignardé à deux reprises dans le dos, dans la nuit de samedi à dimanche en plein Genève.

Photo d'illustration
Photo d'illustration
Laurent Guiraud

Une altercation sanglante a eu lieu dans la nuit de samedi à dimanche aux abords du skatepark de Plainpalais. Un jeune homme a été hospitalisé après avoir été blessé au couteau.

«Les policiers du poste de Plainpalais ont dû intervenir peu avant 2 heures du matin pour un jeune homme qui a reçu au moins deux coups de couteau de la part d’au moins un individu, pour un motif qui reste à éclaircir, confirme Silvain Guillaume-Gentil, au nom de la police genevoise. La première préoccupation a bien sûr été de lui porter secours. Son pronostic vital n’est pas engagé, malgré une perforation du poumon. Une enquête est en cours.»

Les faits corroborent le climat de violence dénoncé dans une pétition que vient de lancer en ligne une association de skateurs ( lire notre édition du vendredi 21 avril ). Que s’est-il passé? Rencontré dimanche aux abords du skatepark, Sharmaake, 22 ans, a été témoin de la rixe qui, selon lui, a impliqué deux groupes. Le premier, dont faisait partie la victime poignardée, réunissait à l’occasion d’un anniversaire une quinzaine de jeunes locaux d’une vingtaine d’années. Plus loin, aux abords d’une autre table, une bagarre a éclaté au sein d’une autre bande, alcoolisée, énervée et apparemment connue pour provoquer de fréquents troubles. Le premier groupe aurait recueilli un homme blessé issu du second attroupement et se serait ainsi retrouvé involontairement impliqué dans l’altercation.

«Le premier groupe a prévenu la police qui, lors d’un passage sur les lieux, a demandé à tout le monde de se calmer, témoigne Sharmaake. Mais dès que les agents sont repartis, la situation s’est envenimée, le second groupe reprochant au premier d’avoir mêlé les forces de l’ordre aux événements.» La bagarre a alors repris de plus belle. Et c’est à ce moment-là qu’un jeune convive de l’anniversaire, mineur d’après ce témoin, a été poignardé. Selon lui, certains sont allés jusqu’à arracher des lattes des tables en bois pour s’en munir comme armes.

Posté dimanche à la guérite du skatepark, Ambroise, moniteur, est dépité par les événements, dont il n’a pas été le témoin direct mais dont il a eu écho par plusieurs récits. «Je suis outré par cette histoire, qui me donne envie de pleurer, confie-t-il. On aurait pu espérer qu’une prise de conscience parvienne à améliorer les choses, mais ce lieu reste une zone de non-droit. Les autorités, et notamment la police, doivent prendre la mesure de la situation.»

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.