Un avion équato-guinéen séquestré à Cointrin

AfriqueLa société Orange a saisi un juge pour bloquer un jet du pays africain. Elle invoque des factures impayées.

Le séquestre civil à l'aéroport de Genève a eu lieu au moment où débutait en France un procès à l'encontre du vice-président de la Guinée-Equatoriale, Teodoro Nguema Obiang Mangue, notamment pour blanchiment d'argent.

Le séquestre civil à l'aéroport de Genève a eu lieu au moment où débutait en France un procès à l'encontre du vice-président de la Guinée-Equatoriale, Teodoro Nguema Obiang Mangue, notamment pour blanchiment d'argent. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Séquestre à Cointrin! Un avion immatriculé en Guinée Equatoriale a été saisi dans le cadre d’un litige civil opposant cet Etat africain au groupe de télécommunication français Orange, a appris la Tribune de Genève. Une instruction qui n’aurait rien à voir avec les procédures pénales, en France et en Suisse, à l’encontre de l’actuel vice-président équato-guinéen.

Un juge civil saisi par Orange a ordonné le blocage d’un appareil, un Boeing 737 qui a atterri le 19 juin à Cointrin, au motif que la Guinée équatoriale lui doit une importante somme d’argent. Est-ce une coïncidence? Le même jour débutait à Paris un procès qui fait couler beaucoup d’encre, celui du Teodoro Nguema Obiang Mangue, dit Teodorín. Le fils du chef de l’Etat équato-guinéen et vice-président du pays est poursuivi pour détournement de fonds publics, abus de confiance et corruption.

La première dame

A Cointrin, parmi ceux qui devaient monter à bord de l’avion bloqué figurent la première dame équato-guinéenne, Constancia Mangue Nsue Oko, et des membres du gouvernement. Pour repartir à Malabo, la capitale, ils ont dû recourir à un autre appareil de cet Etat africain, un Dassault, qui s’est posé à Cointrin le 17 juin et qui a décollé le lendemain en début d’après-midi. Le conflit opposant Orange – qui n’a pas souhaité commenter cette affaire – et Malabo n’est pas nouveau. A Lyon en octobre, l’entreprise empêchait un jet équato-guinéen de s’envoler vers Paris (un appareil qui aurait dû décoller de Cointrin mais qui n’avait pu s’y poser, le trafic étant trop dense), selon La Lettre du Continent, un titre de référence en Afrique.

Dans un courrier daté de décembre – que la Tribune de Genève a pu consulter – Orange regrette que malgré un paiement symbolique suite à la saisie de l’avion à Lyon, Malabo n’ait rien déboursé par la suite. Le groupe insiste pour que l’Etat s’acquitte de deux factures, de 45 millions d’euros chacune. La saisie à Cointrin semble indiquer que les paiements n’ont pas été effectués.

Procès phare

A la fin d’octobre, quelques jours après l’affaire lyonnaise, la justice genevoise ouvrait une procédure pénale contre Teodorín. Le fils du président est prévenu de blanchiment d’argent. L’instruction a conduit au séquestre de voitures de luxe à Genève et d’un yacht aux Pays-Bas. Selon les avocats de la Guinée équatoriale à Genève, tous ces véhicules appartiennent à cette république d’Afrique centrale.

Pendant ce temps à Paris, le procès à l’encontre de Teodorín bat son plein. Ses avocats ont tenté de le révoquer en invoquant une immunité diplomatique dont devrait bénéficier leur client, de part son statut de vice-président. Un argument balayé par la Cour. Les audiences doivent se dérouler jusqu’au 6 juillet. (24 heures)

Créé: 21.06.2017, 19h23

Articles en relation

La justice suisse enquête sur un potentat africain

Corruption Le vice-président de Guinée équatoriale aurait placé de l’argent en Suisse. Ses avions se posent souvent à Genève. Plus...

La folie des grandeurs d’Obiang devant la justice

Biens mal acquis Le procès de Teodorin Obiang, le fils du président de Guinée équatoriale, est le premier dans les affaires de «biens mal acquis». Plus...

Le fils du président équato-guinéen sous enquête

Genève Teodorin Obiang est accusé de blanchiment d'argent. Onze véhicules de luxe ont été saisis à l'aéroport. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.