L'OMS dénonce les médicaments contrefaits

GenèveDans un rapport publié mardi, l'institution estime que les médicaments falsifiés sont responsables de centaines de milliers de décès.

Certains médicaments contrefaits rassemblent des millions de doses et d'autres une seule. (Photo d'illustration)

Certains médicaments contrefaits rassemblent des millions de doses et d'autres une seule. (Photo d'illustration) Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Au moins 1500 médicaments falsifiés ou de mauvaise qualité ont été signalés en quatre ans à l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Les cas signalés «ne constituent qu'une fraction du problème», affirme l'étude. Ils «affectent particulièrement les communautés les plus vulnérables», affirme par ailleurs le directeur général de l'OMS Tedros Adhanom Ghebreyesus.

Certains médicaments contrefaits rassemblent des millions de doses et d'autres une seule. Parmi ceux qui sont le plus en cause, plus de 260 antimalariques et près de 250 antibiotiques ont été indiqués au Système mondial de surveillance sur ces questions, lancé par l'OMS en juillet 2013.

Plus de 48'000 échantillons testés

La plupart des médicaments concernés se trouvent là où l'accès à des produits de qualité à bas coût est restrictif, les standards de gouvernance sont bas et la corruption élevée et les bonnes pratiques industrielles limitées. Selon une autre étude de l'OMS publiée mardi sur plus de 48'000 échantillons dans 88 pays à revenus bas ou intermédiaires, le taux de produits ciblés atteint 10,5% pour un montant de près de 40 milliards de dollars.

Sur certaines pathologies subies par les enfants, le rapport estime que les médicaments falsifiés ou de mauvaise qualité sont responsables de près de 73'000 à plus de 160'000 décès. Et ce nombre atteint aussi de 2,1 à près de 5% des décès liés à la malaria et même jusqu'à 9% de ceux de patients sous traitement pour cette infection, soit 116'000 décès environ. L'OMS appelle tous les acteurs, y compris les patients, à coopérer pour prévenir, détecter et répondre à ces problèmes. (ats/nxp)

Créé: 28.11.2017, 16h27

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.