Passer au contenu principal

GastroVaud critiquéGilles Meystre: «Je ne suis ni Jésus ni Superman!»

Le président des cafetiers-restaurateurs vaudois se retrouve sur le gril d’une partie de sa base qui estime qu’il n’en fait pas assez pour défendre la profession.

Gilles Meystre se targue d’avoir été reconduit dans ses fonctions de président de GastroVaud pour cinq ans en septembre dernier, à l’unanimité des délégués.
Gilles Meystre se targue d’avoir été reconduit dans ses fonctions de président de GastroVaud pour cinq ans en septembre dernier, à l’unanimité des délégués.
Florian Cella

Gilles Meystre nous reçoit au restaurant d’application de GastroVaud à Pully, fermé pour cause de Covid-19. Le président des cafetiers-restaurateurs vaudois pose une pile de photocopies sur la table. Ce sont des messages de soutien postés sur les réseaux sociaux par certains de ses membres. Ils sont 1600. Il y a également les traces de ses propres interventions musclées, en réaction aux nombreux épisodes qui jalonnent cette crise qui n’en finit pas. Il n’y a aucune critique dans le tas, mais Gilles Meystre sait qu’une partie de sa base gronde. «C’est le rôle du président d’entendre les louanges comme les détracteurs. Cela met du sel dans la fonction.»

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.