Passer au contenu principal

EnvironnementGrève pour l’Avenir: des actions en Suisse romande

A Lausanne, Fribourg et Neuchâtel notamment, plusieurs personnes se sont réunies afin de sensibiliser la population à «l’urgence climatique».

Actions à Lausanne
Keystone

Des actions ont eu lieu vendredi dans les cantons de Vaud, de Fribourg et de Neuchâtel en lien avec la Grève pour l'avenir. Comme ailleurs en Suisse, de nombreuses personnes ont participé à l'action «Alarme climatique» de 11h59.

Les participants ont répondu à l'invitation d'utiliser des casseroles ou des instruments, de monter le son de la musique ou de chanter et crier des slogans. Ils se sont aussi tenus sur leur balcon ou ont ouvert grand les fenêtres pour faire du bruit.

«Changeons de système»

Dans le canton de Vaud, une trentaine de jeunes activistes ont participé à l’action «alarme climatique» sur la place de la Riponne, puis sur la passerelle au-dessus de la place de l'Europe, selon Keystone-ATS. Avec pour slogans: «Le climat n'attend pas» d'un côté et «Changeons de système» de l'autre.

Une dizaine de policiers ont surveillé l'action, sous l'oeil aussi de quelques passants. Le groupe s'est ensuite dirigé vers le Grand-Pont, avec ces mêmes deux slogans. Là, légèrement plus regroupé, il a fait l'objet de l'intervention de la police qui a procédé à des contrôles d'identité, toujours selon Keystone-ATS.

En début d'après-midi, une action «Tourisme écocidaire» a finalement été annulée en ville de Lausanne. En fin d'après-midi, ce sont des micro-manifestations spontanées qui devaient avoir lieu sur le principe des espaces de «4 mètres carrés» pour respecter la bonne distanciation sociale. Vers 18h00, une manifestation «critical mass» à vélo était prévue au centre-ville.

Motion populaire

Dans le canton de Fribourg, le mouvement de la Grève du Climat Fribourg a mené dès vendredi matin une action symbolique dans le chef-lieu. Les militants ont déposé et accroché une centaine de pancartes et une dizaine de banderoles évoquant leurs revendications sur l'emblématique place Georges-Python et sur celle de l’Hôtel de Ville.

Le mouvement de la Grève du climat et celui des Grands-parents pour le climat avaient aussi lancé fin avril une motion populaire demandant d'investir 500 millions de francs dans «des mesures de relance de l’économie cantonale écologique et socialement juste». Bâtiments, énergie, développement durable et biodiversité sont visés.

Le texte demande qu’une partie de la fortune cantonale, qui se monte à quelque 1,3 milliard de francs, finance des mesures en faveur de la crise climatique et de la crise du coronavirus, venue se mêler au débat. Les militants comptent déposer leur motion munie des 300 signatures nécessaires avant l'été.

Actions à Neuchâtel

Dans le canton de Neuchâtel, les rassemblements physiques de fin de matinée à La Chaux-de-Fonds et Neuchâtel ont été remplacés par des actions sporadiques en fin d'après-midi dans les deux villes. Il s'agit de micro-manifestations, sur le principe d'espaces de «4 mètres carrés» pour respecter la bonne distanciation physique.

Avant l'émergence de la crise sanitaire, il était prévu dans le canton de Neuchâtel que les participants convergent vers un site de réunion commun dans le chef-lieu cantonal. Une grande manifestation aurait alors dû s'ébranler à partir de là.

(ats/nxp)