Passer au contenu principal

PortraitHeureuse d’être liée à perpétuité avec l’art

Catherine Othenin Girard conseille deux enseignes du canton, la BCV et la Vaudoise Assurances. Un lien avec le monde de l’entreprise qui ne fait pas trembler.

Catherine Othenin Girard collectionne également pour elle. «Ça va des jarres des Pouilles à l’art contemporain, c’est important pour moi d’être entourée d’œuvres d’art.»
Catherine Othenin Girard collectionne également pour elle. «Ça va des jarres des Pouilles à l’art contemporain, c’est important pour moi d’être entourée d’œuvres d’art.»
Florian Cella

Si elle devait mélanger fioles, fragrances et arômes dans le laboratoire d’un parfumeur, on dirait que Catherine Othenin Girard est un nez! Et… sans mauvais jeu de mots ni ressemblance aucune, un nez très pointu. Mais dans son milieu, l’art contemporain, il n’y a pas réellement d’expression consacrée. Elle prospecte, suit, achète pour la Collection d’art de la BCV, conseille la commission artistique de la Vaudoise Assurances comme la banque Piguet Galland et préside la commission et le jury culturels de la Fondation Leenaards. Mais l’historienne de l’art qui sillonne les territoires créatifs du canton et d’ailleurs n’a pas vraiment d’étiquette professionnelle collée sur sa perspicacité. Et derrière un masque sérieux boulonné par un phrasé appuyé, bon chic, bon genre, on la soupçonne d’apprécier cette volatilité!

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.