30 gouvernements manipulent Internet

Réseaux sociauxDans au moins 18 pays en 2017, une savante manipulation des contenus de l'Internet a influencé les résultats d'élections, alerte l'ONG Freedom House.

Carte établie par Freddom House - DR - dans son rapport Freedom of the Net 2017.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

De plus en plus de pays suivent l'exemple de la Russie et de la Chine en manipulant les réseaux sociaux et en traquant les opposants sur internet, une grave menace pour la démocratie, s'est inquiétée mardi l'organisation Freedom House.

Selon une étude sur la liberté de l'internet menée par cette ONG de défense des droits dans 65 pays, 30 gouvernements ont manipulé internet en 2017 pour déformer l'information en ligne, contre 23 l'année précédente.

Ces manipulations incluent l'usage de commentateurs payés, de trolls, de «bots» - des comptes automatisés - ou de faux sites d'information selon ce rapport intitulé «Freedom on the Net» (Liberté sur internet).

Le rapport indique que ces tactiques de manipulation et de désinformation en ligne ont joué un rôle important dans les élections d'au moins 18 pays au cours de l'année écoulée, y compris aux Etats-Unis.

«Phénomène mondial»

«L'usage de commentateurs rémunérés et de «bots» politiques pour diffuser la propagande gouvernementale a d'abord été développé par la Chine et la Russie, mais c'est maintenant un phénomène mondial», a expliqué Michael Abramowitz, le président de Freedom House.

Pour Sanja Kelly, directrice du projet «Freedom on the Net», ces manipulations sont souvent difficiles à détecter, «et plus difficiles à combattre que d'autres types de censure, comme le fait de bloquer certains sites web».

L'année 2017 marque selon l'organisation la septième année consécutive de déclin de la liberté sur internet.

Pour la troisième année, la Chine est classée en tête des pays qui manipulent internet, en raison d'un renforcement de la censure et de la lutte contre l'anonymat en ligne et de l'emprisonnement de dissidents s'exprimant sur le web.

Le rapport mentionne aux Philippines une «armée de claviers» dans laquelle les gens sont payés 10 dollars par jour pour donner l'impression d'un soutien généralisé à la politique de répression brutale du trafic de drogue; et l'utilisation par la Turquie de quelque 6000 personnes pour contrer les opposants au gouvernement sur les réseaux sociaux.

Du mieux... et du pire

Accusée d'avoir cherché à influencer les élections aux Etats-Unis et en Europe, la Russie a quant à elle renforcé ses contrôles de l'internet dans le pays.

Les blogueurs qui attirent plus de 3000 visiteurs par jour doivent désormais s'enregistrer auprès du gouvernement russe et se conformer à la loi sur les médias de masse. Les moteurs de recherche ont interdiction de prendre en compte les pages internet provenant de sites non enregistrés.

Freedom House exprime également son inquiétude face aux restrictions croissantes sur les VPN - des réseaux privés virtuels qui permettent de contourner la censure - désormais en place dans 14 pays.

Les Etats-Unis ne sont pas épargnés, selon le rapport. «Si l'environnement en ligne aux Etats-Unis est resté dynamique et diversifié, la prévalence de la désinformation et des contenus partisans a eu un impact significatif», indique le rapport, ajoutant que «les journalistes qui contestent les positions de Donald Trump ont été confrontés à un harcèlement en ligne de façon flagrante». (afp/nxp)

Créé: 14.11.2017, 06h48

Articles en relation

Une chaîne russe classée «agent de l'étranger»

Etats-Unis Soupçonnée d'avoir tenté d'influer sur la dernière présidentielle, la chaîne de télé RT a été forcée de s'enregistrer comme «agent de l'étranger». Plus...

Affaire russe: Poutine dénonce un coup monté

Etats-Unis Les liens dévoilés entre la campagne de Donald Trump et des officiels russes ont été fabriqués, martèle Poutine. Plus...

Facebook en forme pour gérer les fake news

Réseau social Le réseau social continue à faire des milliards de bénéfices chaque trimestre et se prépare à d'importants investissements pour lutter contre la désinformation. Plus...

Usé par la censure, le Facebook iranien ferme

Réseau social Le plus vieux réseau social iranien a annoncé lundi sa fermeture après plusieurs années de lutte, alors que des sites comme Instagram ne sont pas inquiétés. Plus...

Facebook veut aider à trouver l'origine des infos

«Fake news» Facebook teste un nouvel onglet «contextuel» permettant aux utilisateurs d'en savoir plus sur la provenance des articles. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

Trois femmes avaient déjà mis en cause Donald Trump durant la campagne présidentielle. Elles se sont retrouvées sur un plateau de télévision pour réitérer leurs accusations. La Maison-Blanche a dénoncé des «histoires inventées»
(Image: Bénédicte) Plus...