Des géants d'Internet unis contre le djihadisme

InternetYouTube, Twitter, Microsoft et Facebook ont annoncé la création d'un forum commun pour lutter contre les contenus djihadistes.

Image prétexte

Image prétexte Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Facebook, Microsoft, Twitter et YouTube (Google/Alphabet) ont annoncé lundi la création du forum mondial d'Internet contre le terrorisme. Cette initiative des géants du secteur, pressés d'agir, vise à agir contre les contenus djihadistes.

Les quatre groupes avaient annoncé en décembre un partenariat mondial pour lutter contre les contenus à «caractère terroriste». Ce «Global Internet Forum to Counter Terrorism» vient «formaliser et structurer les axes de collaboration existants ou à venir entre nos entreprises», précise un communiqué commun.

«En travaillant ensemble, en partageant les meilleurs outils technologiques et organisationnels élaborés par chacune de nos entreprises, nous pouvons avoir un meilleur impact sur la menace que constitue le contenu terroriste en ligne», poursuit-il.

Cette structure pourra aussi collaborer avec des start-up, «des groupes issus de la société civile, des universitaires, des gouvernements et des organisations comme l'Union européenne et les Nations unies», relèvent les quatre partenaires.

Procédure judiciaire à Orlando

Les actions du forum vont se concentrer sur les solutions technologiques et le partage de connaissances entre les entreprises et les organismes participants.

Cette initiative intervient alors que les Etats-Unis et la Commission européenne, entre autres, ont multiplié les appels ces derniers mois pour que les réseaux sociaux intensifient leur lutte contre la propagande djihadiste.

Les groupes ont multiplié les annonces en ce sens. Facebook et Google ont détaillé ce mois-ci leurs actions, après plusieurs attentats au Royaume-Uni.

Empreintes digitales numériques

En décembre, Facebook, Microsoft, Twitter et YouTube avaient annoncé la création d'une base de données commune comprenant les «empreintes digitales» numériques de photographies ou vidéos de propagande et de recrutement, retirées de leurs plates-formes.

Les familles de trois victimes de la fusillade dans une boîte de nuit d'Orlando ont lancé en décembre une procédure judiciaire contre Facebook, Twitter et Google, les accusant d'avoir apporté un «soutien matériel» à l'Etat islamique qui a revendiqué le massacre.

(ats/nxp)

Créé: 27.06.2017, 04h28

Articles en relation

Des parents de djihadistes accusés de financer le terrorisme

France Un père et deux mères sont soupçonnés d’avoir détourné des fonds associatifs pour aider leurs enfants en Syrie. Plus...

Tour de vis pour mieux lutter contre le terrorisme

Suisse Berne met en consultation une série de mesures pénales. Deux autres paquets suivront cette année. Plus...

Genève projette d'avoir un centre de déradicalisation

Sécurité Le canton propose d'utiliser un pavillon de Curabilis pour y placer de jeunes adultes ayant commis une infraction et ayant des graves troubles. Parmi eux, des candidats au djihad. Plus...

«Sur Internet, la fin de l’anonymat est une chance»

Réseaux sociaux Michal Kosinski étudie la psychologie des gens sur Facebook. Ses algorithmes ont été utilisés pour faire gagner Trump ou le Brexit. Mais il aime le Big Data. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Le géant de l'or noir basé à Genève se fournit auprès d'une entreprise dont les droits de forage ont été obtenus par un homme, aujourd'hui sous enquête pour corruption.
(Image: Bénédicte) Plus...