Facebook ne censurera pas le négationnisme

Réseaux sociauxLa polémique enflait jeudi, après des propos du fondateur de Facebook, Mark Zuckerberg.

Depuis plusieurs semaines, Facebook est fortement critiqué.

Depuis plusieurs semaines, Facebook est fortement critiqué. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le patron fondateur de Facebook Mark Zuckerberg se trouvait jeudi au centre d'une polémique après avoir annoncé que le réseau social n'allait pas censurer les messages niant l'existence de l'Holocauste.

Dans un entretien accordé mercredi au site spécialisé Recode, il a indiqué que Facebook allait supprimer certaines «fausses nouvelles» (fake news) susceptibles de déboucher sur des actes violents, tout en soulignant qu'il ne comptait pas censurer des propos qui auraient été tenus, selon lui, «sincèrement».

«Je suis juif et il y a des personnes qui nient l'existence de l'Holocauste. Je trouve cela très choquant. Mais au bout du compte, je ne crois pas que notre plateforme doive supprimer ce genre de propos, parce que je pense qu'il y a des choses sur lesquelles certaines personnes se trompent».

Face à la vague de critiques, Mark Zuckerberg a ensuite fait parvenir un email à Recode pour clarifier ses déclarations. «Bien sûr, si un message franchissait la ligne rouge prônant la violence ou la haine à l'encontre d'un groupe en particulier, il serait retiré», a-t-il écrit.

Retirer des contenus inexacts

Depuis plusieurs semaines, Facebook est fortement critiqué pour laisser se propager des articles, des images ou des vidéos qui, sans contenir d'appel direct à la haine, peuvent être perçus comme un encouragement aux actions violentes.

Le réseau social avait été accusé de laisser se propager des rumeurs à l'origine de heurts, tout particulièrement en Birmanie et au Sri Lanka. Au Sri Lanka, les autorités avaient même en avril bloqué l'accès au site, estimant que celui-ci encourageait les violences interreligieuses.

Peu avant la polémique, Facebook avait annoncé retirer les fausses informations postées sur le réseau et susceptibles de créer des violences de façon imminente.

«Nous commençons à mettre en oeuvre cette nouvelle politique dans des pays où nous voyons des exemples où la désinformation a (...) entraîné des violences», avait indiqué Tessa Lyons chez Facebook, citant le cas du Sri Lanka.

Par exemple, le réseau social pourra retirer des contenus inexacts ou trompeurs, comme des photos truquées, créées ou partagées pour contribuer à la violence physique ou l'exacerber.

Facebook s'appuiera sur des organisations locales ou des agences spécialisées pour déterminer si ces publications sont susceptibles d'entraîner des violences de façon imminente et donc devant être retirées. (afp/nxp)

Créé: 19.07.2018, 16h14

Articles en relation

Une paille pour Facebook

Réseaux sociaux L’amende que le régulateur britannique de la protection des données (ICO) veut infliger à Facebook équivaut ce que le réseau gagne en 15 minutes... Plus...

Ado décédée: accès à son compte Facebook autorisé

Allemagne Les parents d'une fille de 15 ans morte en 2012 vont peut-être enfin pouvoir éclaircir les circonstances de son décès grâce à ses données numériques. Plus...

Le régulateur veut infliger une amende à Facebook

Royaume-Uni L'organisme de protection des données veut sanctionner Facebook à la suite de l'affaire Cambridge Analytica. Plus...

Facebook dans le viseur du régulateur britannique

Données personnelles Le régulateur britannique veut infliger une amende de 500'000 livres à Facebook à la suite de l'affaire Cambridge Analytica. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.