Fake news: Facebook épingle l'Iran et la Russie

DésinformationFacebook a annoncé mardi avoir stoppé des campagnes de désinformation iraniennes et russes visant plusieurs pays.

Image d'illustration.

Image d'illustration. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le réseau social américain Facebook a annoncé mardi qu'il avait mis fin à des opérations de manipulation de grande envergure, initiées en Iran et en Russie. Leur cible était l'Amérique latine, les Etats-Unis, le Royaume-Uni et le Moyen-Orient.

«Certaines de ces activités étaient initiées d'Iran d'autres de Russie. Il s'agissait de campagnes distinctes et nous n'avons identifié aucun lien ou coordination entre elles», souligne sur son blog Facebook. Le réseau social s'était vu vivement reprocher, notamment après la campagne électorale de 2016 aux Etats-Unis, de ne pas faire assez pour lutter contre ce genre d'abus.

Les services de renseignements américains avaient révélé que des opérateurs russes s'étaient servis entre autres de Facebook pour tenter d'influer sur l'élection, qui a mené Donald Trump à la Maison-Blanche. Moscou a toujours réfuté ces accusations. A l'approche des élections législatives de novembre aux Etats-Unis, les autorités ont indiqué que les opérations d'ingérence russe avaient repris de plus belle.

Collaboration de Facebook

«Nous bannissons ce genre de comportements parce que nous voulons que les gens aient confiance dans les connexions qu'ils font sur Facebook», a souligné le réseau social tout en soulignant l'immensité de la tâche. «C'est un défi permanent parce que les responsables (de ces activités) sont déterminés et disposent de moyens financiers importants».

Facebook a aussi reconnu qu'il n'était pas possible de s'attaquer seul au problème. Il a indiqué avoir collaboré avec les polices, des experts et d'autres compagnies. Dans le détail, Facebook a fermé 652 pages, groupes et comptes «inauthentiques» initiés d'Iran et qui visaient des gens au Proche-Orient, en Amérique latine, aux Etats-Unis et aux Royaume-Uni sur Facebook et d'autres services en ligne.

Le réseau social a été alerté par une entreprise spécialisée dans la cybersécurité de l'existence de pages contrôlées par un groupe dénommé «Liberty Front Press», qui selon Facebook est lié «à des médias d'Etat iraniens» dont notamment Press TV.

Outre la fermeture des pages liées à l'Iran, Facebook a annoncé avoir continué à clore des pages qui peuvent être «liées à des sources, identifiées au préalable, par le gouvernement américain, comme pilotées par les services de renseignements militaires russes». Les contenus de ces pages désormais closes concernaient essentiellement l'Ukraine et la Syrie. (afp/nxp)

Créé: 22.08.2018, 03h21

Articles en relation

Armes 3D: Facebook interdit le partage de plans

Etats-Unis Le réseau social ne veut pas partager sur son réseau les informations permettant de confectionner des armes à feu imprimées en 3D. Plus...

Facebook lorgne les comptes bancaires

Etats-Unis Le réseau social a approché de grandes banques américaines pour leur demander de partager des données de leurs clients abonnés à Facebook. Plus...

Facebook réduit les options de ciblage de ses pubs pour éviter la discrimination

Facebook va supprimer 5000 options permettant à ses utilisateurs professionnels de cibler au plus près le public de leurs publicités afin d'empêcher la discrimination raciale ou religieuse. «Bien que ces options aient été utilisées de manière légitime pour toucher les gens intéressés par un certain produit ou un service, nous pensons qu'il est plus important de limiter le risque d'abus», explique mardi le réseau social dans un post de blog.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Publié le 26 septembre 2018.
(Image: Bénédicte?) Plus...