Pas de transfert entre Facebook et WhatsApp

InternetLe partage de données entre le réseau social et la messagerie n'est pas autorisé en Allemagne.

Image: Archives/Photo d'illustration/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Une autorité allemande a interdit mardi à Facebook de «rassembler et enregistrer» les données des utilisateurs de l'application de messagerie WhatsApp. L'entreprise américaine a contesté cette décision.

L'autorité de protection des données de la ville-Etat d'Hambourg au nord du pays, où est installé le siège allemand de Facebook et dont les décisions valent pour l'ensemble du territoire, a émis une injonction administrative interdisant «dès maintenant à Facebook de rassembler et d'enregistrer les données des utilisateurs allemands de WhatsApp».

L'autorité a également demandé à la société d'«effacer les informations déjà transmises via WhatsApp», a-t-elle indiqué dans un communiqué.

Facebook fait appel

«Facebook respecte la loi de protection des données de l'Union européenne (UE). Nous allons faire appel de cette injonction et travailler avec l'autorité d'Hambourg afin de répondre à ses questions et lever toute inquiétude», a réagi une porte-parole de l'entreprise.

Sur sol helvétique, la question du transfert de données est également d'actualité. Le préposé fédéral à la protection des données et à la transparence (PFPDT), Adrian Lobsiger, s'emploie à ce que les éventuelles adaptations du service de messagerie s'appliquent aussi à l'utilisateur suisse, a indiqué à l'ats par écrit un porte-parole.

Adrian Lobsiger est, par ailleurs, en contact avec les autorités européennes compétentes en la matière. Et il suit attentivement leurs demandes de clarification auprès de WhatsApp.

Les autorités européennes et américaines ont, en effet, fait savoir qu'elles étudieraient les changements apportés par WhatsApp à sa politique de confidentialité.

L'application de messagerie a annoncé, fin août, qu'elle avait modifié sa politique de confidentialité pour partager les données de ses utilisateurs avec sa maison mère, le géant Facebook, pour un meilleur ciblage des messages publicitaires.

Pas une première

«L'injonction protège les données des 35 millions d'utilisateurs de WhatsApp en Allemagne. Cela doit être leur décision s'ils souhaitent que leurs comptes soient liés à Facebook. Facebook doit pour cela leur demander au préalable l'autorisation. Cela n'est pas arrivé», explique le chef de l'office Johannes Caspar, cité dans le communiqué.

L'annonce du partage des données de WhatsApp avait été critiquée en Allemagne, très attachée pour des raisons historiques au respect de la vie privée.

Avec cette stratégie, le réseau social cherche à rentabiliser ce service de messagerie gratuit, racheté au prix fort pour plus de 20 milliards de dollars (19,25 milliards de francs au cours actuel) en 2014.

L'office de protection des données de la ville-Etat s'est déjà illustré dans le passé en demandant à Google, dont le siège est également situé à Hambourg, de modifier ses pratiques de divulgation des informations personnelles. (ats/nxp)

Créé: 27.09.2016, 13h35

Articles en relation

Vous cherchez un autre WhatsApp? C’est par ici

Réseautage Après avoir décidé de crypter les messages, voilà que la plus célèbre messagerie envoie vos données à Facebook, sans votre consentement. Plus...

WhatsApp va partager vos numéros avec Facebook

Messagerie La messagerie veut faciliter la communication directe entre les entreprises et ses utilisateurs. Ces derniers peuvent toutefois refuser. Plus...

Comment refuser que WhatsApp refile vos données à Facebook

Messagerie La messagerie veut faciliter la communication directe entre les entreprises et ses utilisateurs. Ces derniers peuvent toutefois s'y opposer. Plus...

Skype et WhatsApp dans le viseur de l'UE

Sécurité L'exécutif européen souhaite que la messagerie en ligne soit soumise aux mêmes règles que les opérateurs classiques. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

Trois femmes avaient déjà mis en cause Donald Trump durant la campagne présidentielle. Elles se sont retrouvées sur un plateau de télévision pour réitérer leurs accusations. La Maison-Blanche a dénoncé des «histoires inventées»
(Image: Bénédicte) Plus...