Pourquoi sommes-nous accros à Facebook?

Affaire des donnéesSi le réseau social est de plus en plus critiqué, peu d'utilisateurs ferment leur compte, soulignent les chercheurs.

Photo d'illustration.

Photo d'illustration. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Face au scandale autour de l'utilisation indue de données personnelles par la firme britannique Cambridge Analytica à des fins électorales, les adeptes de Facebook «sont choqués mais pas surpris», estime Eric Baumer, professeur en sciences de l'information à Lehigh University, aux Etats-Unis. «Est-ce que cela va les inciter à quitter Facebook définitivement, c'est une autre question», dit-il.

En 2014, le groupe s'était déjà retrouvé dans la tourmente pour avoir secrètement manipulé les émotions d'utilisateurs dans le cadre d'une étude sur la «contagion émotionnelle». L'affaire l'avait amené à changer les règles encadrant les recherches, mais n'avait freiné l'expansion de la plate-forme.

Sur Internet, «on a presque l'habitude que nos données fassent l'objet d'une utilisation mercantile», remarque Nathalie Nadaud-Albertini, sociologue française des médias. «Mais que cela puisse servir dans le cadre de campagnes électorales nous gêne beaucoup plus, car cela touche au domaine des idéaux, des valeurs et des idées», dit-elle.

«Réaction pulsionnelle»

Pour autant, elle ne s'attend pas un exode des utilisateurs: «C'est devenu tellement central dans notre socialisation et nos interactions que supprimer Facebook et les autres réseaux est possible, mais suppose de se mettre un peu en marge de la société», analyse-t-elle. Elle pointe «l'injonction sociale» à rejoindre ce site au plus de deux milliards d'inscrits.

Une étude sur l'assuétude à cette plate-forme «a montré que ce n'est pas forcément le lien social qui attire sur Facebook, mais un phénomène d'addiction: certains utilisateurs nous disaient taper instinctivement sur la lettre F de leur clavier quand ils se connectaient», dit pour sa part Eric Baumer, auteur de cette recherche pour l'université Cornell.

Les mécanismes de cette assuétude? «Facebook joue sur la dimension émotionnelle en nous exposant à des informations qui sollicitent une réaction pulsionnelle et non rationnelle. Il sait aussi parfaitement quel type d'information va être virale», explique Olivier Ertzscheid, chercheur français en sciences de l'information à l'université de Nantes.

Manipuler l'opinion

«La question que cela pose, c'est que le jour où Facebook va décider de manipuler l'opinion sur tel ou tel sujet, sera-t-on en capacité de le détecter? Ce n'est pas évident», alerte ce spécialiste, estimant que la plate-forme en est techniquement capable.

Un risque également soulevé par Andrew Przybylski, psychologue à l'université d'Oxford, qui dresse une analogie avec la trilogie de Tolkien et son anneau magique qui corrompt le commun des mortels: «Aujourd'hui, quand scientifiques et chercheurs travaillent avec Facebook, ils doivent avoir conscience que c'est un peu comme donner l'anneau à Frodon».

Selon lui, la recherche sur les données et la psychologie quantitative a franchi son «point Oppenheimer», du nom de l'un des pères de la bombe atomique américaine. Maintenant qu'une arme extrêmement dangereuse existe, qu'est-ce qu'on en fait?

Sortir du rapport de confiance

«Nous devons nous assurer que les recherches sont conformes à l'éthique et menées dans l'intérêt du public», estime le chercheur, qui a remis une proposition en ce sens à Facebook - lui-même n'a plus de compte.

Si le public fait de plus en plus attention aux données privées qu'il livre publiquement, «le problème, c'est où l'on met le curseur» entre ce que l'on partage avec tous et ce que l'on réserve aux proches, signale Nathalie Nadaud-Albertini, qui prône l'éducation numérique des plus jeunes pour «sortir de ce rapport de confiance où l'on se dit que tout va bien se passer, sans trop savoir ce que l'on risque».

Les jeunes utilisateurs ont toutefois tendance à délaisser Facebook au profit d'autres réseaux, souligne Eric Baumer, regrettant au passage «l'opacité des conglomérats de médias sociaux» (Facebook détient Instagram et WhatsApp, Google possède YouTube...) qui peut induire en erreur ceux qui pensent éviter Facebook. Pour Olivier Ertzscheid, une solution est de développer des alternatives à Facebook, car «on sait aujourd'hui construire des réseaux sociaux respectueux de la vie privée».

(ats/nxp)

Créé: 26.03.2018, 09h24

Articles en relation

Facebook présente ses excuses dans la presse

Etats-Unis et Grande Bretagne Embourbé dans le scandale de détournement des données personnelles, Facebook s'est offert une pleine page de publicité dimanche dans la presse britannique et américaine. Plus...

Scandale Facebook: fin de la perquisition à Londres

Cambridge Analytica La perquisition des locaux de la firme Cambridge Analytica, accusée d'avoir utilisé des données d'utilisateurs de Facebook, a pris fin dans la nuit de vendredi à samedi. Plus...

Facebook a échappé à son créateur

Affaire des données Alors que le réseau social pèse 50 milliards de moins en Bourse, Mark Zuckerberg est sous le feu des critiques. Plus...

Facebook toujours dans la tempête

Etats-Unis Malgré les excuses de son patron Mark Zuckerberg, le réseau social est toujours attaqué pour la gestion des données de ses usagers. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Publié le 21 septembre 2018.
(Image: Valott) Plus...