Une amende de 3 millions d'euros pour WhatsApp

Italie L'application de messagerie a été condamnée pour avoir abusivement incité ses usagers à partager leurs données.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

L'Autorité italienne de la concurrence a annoncé vendredi avoir infligé une amende de 3 millions d'euros (3,3 millions de francs) à l'application de messagerie WhatsApp pour avoir incité ses utilisateurs à partager leurs données avec Facebook.

Partage de données

L'Autorité «a clos son enquête ouverte en octobre 2016 contre WhatsApp pour des violations présumées au code de la consommation» et condamné la société à une sanction de trois millions d'euros, selon un communiqué.

Elle estime que WhatsApp «a incité ses utilisateurs à accepter intégralement les nouvelles modalités d'utilisation de l'application, en particulier le partage de ses propres données avec Facebook, en leur faisant croire qu'ils ne pourraient pas l'utiliser dans le cas contraire».

Les personnes qui utilisaient déjà WhatsApp avant l'entrée en vigueur des nouvelles modalités le 25 août 2016 pouvaient en revanche «décider de ne pas partager leurs données avec Facebook». En 2014, le réseau social américain avait déboursé 20 milliards de dollars pour racheter l'application.

Clauses injustes

Dans un autre volet de sa décision, l'Autorité de la concurrence a jugé injustes plusieurs clauses du contrat soumis aux utilisateurs de WhatsApp, parmi lesquelles la possibilité pour l'application «d'interrompre unilatéralement son service sans motif et sans préavis». Autre reproche adressé, la possibilité pour WhatsApp de résilier un contrat à tout moment, et pour quelque motif que ce soit, «privant l'utilisateur de l'accès à ses services sans que soit accordé à ce dernier un droit analogue».

Le partage de données avec WhatsApp a déjà valu à Facebook de nombreuses critiques en Europe, en particulier du groupe G29, qui réunit les autorités nationales de protection de données des différents Etats membres de l'UE.

Le rachat de WhatsApp en 2014 avait aussi été contesté à l'époque par des groupes de défense de la vie privée, qui craignaient un mauvais usage des données personnelles des utilisateurs. (ats/nxp)

Créé: 12.05.2017, 15h41

Articles en relation

Escroqueries sur Facebook en hausse

Réseaux sociaux Les escrocs se procurent les numéros de téléphone des victimes et effectuent des achats en ligne directement débités sur la facture téléphonique. Plus...

Skype et WhatsApp dans le viseur de l'UE

Sécurité L'exécutif européen souhaite que la messagerie en ligne soit soumise aux mêmes règles que les opérateurs classiques. Plus...

WhatsApp passe la barre du milliard d'utilisateurs

Messagerie mobile L'application a plus que doublé son audience depuis l'annonce de son rachat par Facebook début 2014. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

À défaut d'accord-cadre, Jean-Claude Juncker et Doris Leuthard se sont félicités à Berne de la nouvelle «dynamique positive» entre l'UE et la Suisse, qui débloquera par ailleurs 1,3 milliard pour les pays de l'Est (publié le 24 novembre 2017)
Plus...