Passer au contenu principal

Alexa, une assistante digitale presque féministe

La société Amazon a considérablement amélioré son assistante digitale en la rendant notamment moins perméable aux remarques sexistes.

Il y a un an, une journaliste du média Quartz avait piégé Alexa, l’assistant personnel intelligent, ou sensé l’être, d’Amazon. L’idée de la rédactrice c’était de faire réagir l’avatar, de la faire se rebeller contre les insultes et remarques sexistes.

La journaliste lui avait dit: «tu es une salope!». Alexa avait docilement répondu «Merci pour votre feedback». Elle avait ensuite lâché un «tu es bonne». L'assistante digitale avait rétorqué quasi rougissante: «merci, c’est sympa de votre part».

Amazon avait expliqué alors que les réponses évasives d’Alexa étaient une façon de décourager le harcèlement sans envenimer la situation. Mais suite au scandale Weinstein, de nombreuses personnes ont demandé à Apple et Amazon de reprogrammer leurs robots féminins et leur façon de réagir. Or, depuis le printemps 2017, Alexa était déjà devenue une autre femme. Plus féministe et plus à même de se défendre par la parole.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.