Amazon: un bracelet pour ses salariés?

Etats-UnisLe distributeur réfléchit à une méthode pour simplifier le travail de ses employés. L'idée fait bondir en Italie.

Image: Archive/photo d'illustration/AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Amazon a breveté un système électronique lui permettant, via un bracelet, de détecter les mouvements des mains de ses salariés dans ses entrepôts pour suivre leur travail. L'idée suscite un tollé en Italie.

Ce système de «traçage (...) des mouvements des mains d'un employé (...) pourrait être utilisé pour surveiller la réalisation de tâches assignées» comme l'inventaire et la préparation des commandes, expliquent les documents officiels relatifs à ce brevet, disponibles sur internet et révélés par le site spécialisé Geekwire.

L'appareil est «prévu pour être porté (...) près de la main et pour émettre des vibrations» pour guider le salarié, poursuit le document.

«La spéculation à propos de ce brevet est erronée», a réagi auprès de l'AFP une porte-parole d'Amazon. «Chaque jour, dans n'importe quelle entreprise dans le monde, les employés se servent de scanners à main pour faire l'inventaire et préparer les commandes», a-t-elle ajouté.

«Placer ces équipements plutôt sur le poignet des employés leur permettrait d'avoir les mains libres et ne pas avoir les yeux rivés sur des écrans», fait valoir Amazon. L'entreprise estime que si cette idée devait être un jour mise en oeuvre, elle améliorerait l'organisation pour les employés travaillant dans la préparation des commandes.

Culture d'entreprise «néfaste»

Le concept a déjà suscité des réactions virulentes en Italie, notamment de la part du chef du gouvernement italien, Paolo Gentiloni, qui a estimé que «le défi, c'est un travail de qualité et non pas le travail avec un bracelet».

«Homme ou esclave? Je veux restituer la dignité du travail, certaines multinationales exploitent, pressent et ensuite mettent au rebut. Ca suffit!», a réagi de son côté, le leader de la Ligue du Nord, Matteo Salvini.

Le géant du commerce en ligne a depuis longtemps la réputation d'entretenir des conditions de travail difficiles dans ses entrepôts et centres de distribution pour augmenter la productivité des employés et garantir des livraisons rapides aux clients.

En 2015, le «New York Times» décrivait une culture d'entreprise «néfaste» chez Amazon, destinée à augmenter la productivité des employés, une description rejetée à l'époque par le patron du groupe Jeff Bezos. Amazon a publié jeudi ses résultats trimestriels en forte hausse, affichant un bénéfice net de 1,856 milliard de dollars (2,14 milliards de francs) et un chiffre d'affaires de 60,45 milliards. (ats/nxp)

Créé: 02.02.2018, 20h00

Articles en relation

La folle course des villes pour séduire Amazon et ses 50'000 jobs

États-Unis Dans quelle ville américaine le géant du Net installera-t-il son 2e siège? Son mégaconcours suscite convoitises et controverses. Plus...

Amazon ouvre sa première supérette sans caisse

Etats-Unis Avec un an de retard, la firme lance à Seattle une épicerie intelligente où les clients n'ont plus besoin de passer par la caisse. Plus...

La Suisse se prépare à l'arrivée d'Amazon

Commerce Le géant américain du commerce en ligne ne va pas tarder à débarquer dans notre pays. Les professionnels de la branche planchent sur un cadre légal. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

Laeticia et l'héritage de Johnny
(Image: Valott) Plus...