Apple exige l'annulation de la décision de justice

CalifornieApple a réclamé l'annulation de l'injonction à aider le FBI à accéder aux données l'iPhone du terroriste de San Bernardino.

Selon Apple, le gouvernement outrepasse son autorité légale.

Selon Apple, le gouvernement outrepasse son autorité légale. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le groupe informatique américain Apple a réclamé jeudi à la justice d'annuler une précédente décision l'obligeant à aider les enquêteurs à débloquer un iPhone au nom de la lutte contre le terrorisme dans une affaire très médiatisée.

Dans son argumentaire, la marque à la pomme affirme que le gouvernement outrepasse ainsi son autorité légale et viole les droits constitutionnels, notamment le premier amendement qui garantit la liberté d'expression.

Bataille judiciaire et médiatique

Apple est lancé depuis la semaine dernière dans une bataille judiciaire et de relations publiques contre les autorités américaines. Celles-ci ont obtenu une injonction judiciaire pour forcer le groupe à fournir au FBI un logiciel aidant à débloquer l'iPhone de Sayed Farook, un des auteurs de l'attentat de San Bernardino qui avait fait 14 morts en décembre en Californie.

«Ce n'est pas une affaire qui concerne un seul iPhone isolé. Cette affaire concerne plutôt le ministère de la Justice et le FBI qui cherchent par l'intermédiaire de la justice à obtenir un dangereux pouvoir, que le Congrès et le peuple américain ont refusé de leur donner: la capacité de forcer des entreprises comme Apple à miner les intérêts fondamentaux en matière de sécurité et de protection de la vie privée de centaines de millions d'individus à travers la planète», affirme Apple dans le document transmis à la justice.

«Aucun tribunal n'a jamais autorisé ce que le gouvernement réclame maintenant, aucune loi ne soutient un usage si illimité et si large de la procédure judiciaire et la Constitution l'interdit», insiste-t-il.

Rare interview télévisée de Tim Cook

Le patron d'Apple Tim Cook avait déjà estimé mercredi dans une rare interview télévisée (en bas d'article) que se plier à la demande des autorités américaines serait «mauvais pour l'Amérique». Il avait fait valoir que pour répondre à la demande du FBI, Apple devrait créer un logiciel «équivalent à un cancer», ouvrant une «porte dérobée» pour accéder aux contenus des iPhone qui pourrait ensuite aussi servir aux criminels et aux dictateurs.

Apple a reçu le soutien de plusieurs dirigeants du secteur technologique et de nombreux défenseurs des libertés civiles, qui craignent que la demande du FBI ne débouche sur une surveillance débridée aux Etats-Unis, déjà secoués ces dernières années par le scandale d'espionnage de l'Agence de renseignement NSA. D'autres accusent à l'inverse le groupe d'entraver une enquête vitale pour la sécurité nationale.


ABC Breaking News | Latest News Videos

(afp/nxp)

Créé: 25.02.2016, 21h36

Articles en relation

iPhone crypté: le FBI répond à Apple

Californie Le patron du FBI a affirmé que l'agence ne cherchait qu'«à être compétente», et non à «créer un précédent». Plus...

Le patron d'Apple défend sa position face au FBI

Cryptage Tim Cook, estime que débloquer l'iPhone de l'un des auteurs de l'attentat de San Bernardino serait «mauvais pour l'Amérique». Plus...

Les victimes de San Bernardino mettent la pression

Apple vs. FBI Un groupe de victimes va déposer une requête demandant à Apple de coopérer. Plus...

Donald Trump appelle au boycott d'Apple

Etats-Unis Le candidat à l'investiture républicaine à la Maison-Blanche a appelé au boycott d'Apple, jusqu'à ce que le groupe débloque l'iPhone d'un auteur de l'attentat de San Bernardino. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.