L'application qui déshabillait les femmes supprimée

High-techLes créateurs de l'application «DeepNude», qui servait déshabiller virtuellement des femmes, ont décidé d'y mettre fin.

L'application n'a pas résisté aux protestations des internautes.

L'application n'a pas résisté aux protestations des internautes. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'intelligence artificielle sert à tout, y compris à déshabiller virtuellement des femmes. Mais face aux protestations des internautes sur les réseaux sociaux, les créateurs de l'application, baptisée «DeepNude», ont décidé de la saborder jeudi.

«DeepNude», dans la lignée des «deepfake», ces vidéos ou images fixes aux trucages criants de réalisme réalisés grâce à l'intelligence artificielle, avait été créé il y quelques mois à des fins de «divertissement», mais ses créateurs ont «nettement sous-estimé» la demande, selon leur compte Twitter.

La presse américaine, dont le «Washington Post», a montré que l'application pouvait servir à prendre une femme en photographie et en tirer une autre image, avec seins et sexe en lieu et place des vêtements, grâce à l'intelligence artificielle. Les algorithmes ont stocké d'innombrables clichés de corps féminins dénudés pour créer des images fausses, mais très crédibles.

Cette application, qui n'existe qu'en version féminine, a suscité un véritable tollé. «Nous n'aurions jamais imaginé que cela deviendrait viral et que nous ne serions pas en mesure de contrôler le trafic», ont reconnu les créateurs, qui se disent situés en Estonie. «Malgré les garde-fous [les images portent un marquage numérique, ndlr], si 500'000 personnes l'utilisent, le risque d'abus est trop élevé. On ne veut pas gagner de l'argent comme cela», ont aussi dit les créateurs de «DeepNude». (ats/nxp)

Créé: 29.06.2019, 01h43

Articles en relation

Moscou espionnera les Russes qui utilisent Tinder

High-Tech La célèbre application de rencontres devra collaborer avec les services de sécurité russes en partageant les données de ses utilisateurs. Plus...

Un groupe chinois prié de céder Grindr

Etats-Unis Washington s'inquiète : l'application gay Grindr, qui appartient à un groupe chinois, pourrait servir à Pékin pour faire «chanter» ses utilisateurs. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 22 août 2019
(Image: Bénédicte ) Plus...