Barack Obama avertit contre les réseaux sociaux

TechnologieL'ancien président américain, interrogé par le prince Harry, a estimé que les réseaux sociaux pouvaient renforcer les partis pris.

Barack Obama était et reste un grand utilisateur de Twitter.

Barack Obama était et reste un grand utilisateur de Twitter. Image: Obama White House Archives

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Barack Obama met en garde contre le risque de «balkanisation» de la société que fait planer selon lui une utilisation malavisée des réseaux sociaux. L'ancien président américain a répondu au prince Harry lors d'un entretien diffusé mercredi sur BBC Radio 4.

«L'un des dangers d'Internet, c'est que les gens peuvent voir des réalités totalement différentes. Ils peuvent être bercés par des informations qui renforcent leurs partis pris», a-t-il déclaré dans cette interview, sa première depuis son départ de la Maison Blanche il y a bientôt une année.

«La question qui se pose, c'est comment exploiter cette technologie de manière à permettre la pluralité des voix, la diversité des points de vue, tout en évitant une balkanisation de la société», a martelé l'ancien président américain, sans citer son successeur Donald Trump, très critiqué pour ses Tweets intempestifs.

L'ex-locataire de la Maison Blanche a confié aussi avoir quitté ses fonctions à Washington avec «globalement» un sentiment de «sérénité», mais éprouver aussi de l'«inquiétude» quant à l'avenir de son pays. Ce qui a changé depuis mon départ ? «Je me lève plus tard» avec «l'esprit libre», a-t-il dit, ajoutant «c'est un ravissement d'avoir la possibilité d'être le maître de sa journée».

Difficile toutefois de ne pas regretter certains aspects de cette fonction à la fois «fascinante et gratifiante», souligne encore Barack Obama. «Mon équipe me manque, le travail lui-même me manque», a-t-il avoué dans cet entretien réalisé déjà en septembre à Toronto en marge des Invictus Games, une compétition sportive ouverte aux blessés et invalides de guerre et dont Harry est à l'origine.

Eviter l'écart diplomatique

Barack Obama, dont le prince dit se sentir proche, sera-t-il invité au mariage du prince Harry avec l'actrice américaine Meghan Markle le 19 mai ? Selon le tabloïd britannique Sun, la perspective de voir Barack Obama assister au mariage princier inquiète des responsables du gouvernement britannique qui craignent qu'une telle invitation ne soit vécue comme un affront par l'actuel président Donald Trump. (ats/nxp)

Créé: 27.12.2017, 12h17

Articles en relation

La région fictive qui veut quitter la Catalogne

Espagne Une pétition moqueuse proposant à la «Tabarnia» de quitter la Catalogne fait fureur sur les réseaux sociaux. Plus...

Trump fait une entrée «terrifiante» chez Disney

Floride Le robot de Donald Trump a rejoint le «Hall des Présidents» de Disney World en Floride. Une prestation raillée sur les réseaux sociaux. Plus...

Des «faux comptes» pour couvrir les attentats

Réseaux sociaux Des dizaines de comptes «liés à la Russie» sur les réseaux sociaux auraient mené une campagne visant à «amplifier» l'impact dans l'opinion des attentats perpétrés en 2017 au Royaume-Uni. Plus...

Elle se fait virer à cause de son compte Instagram

Canton de Zurich Une secrétaire de direction se moquait sur les réseaux sociaux des fautes d'allemand commises par des chercheurs d'emploi. Elle a finalement été licenciée. Plus...

Les réseaux sociaux pleurent aussi Johnny Hallyday

Carnet noir Politiciens et artistes rendent hommage au chanteur français. D'Emmanuel Macron ou Manuel Valls à Céline Dion en passant par Lenny Kravitz, les réactions pleuvent. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 8

Paru le 26 février 2020
(Image: Bénédicte) Plus...