Cybercriminalité: les États «pas assez préparés»

SécuritéAndré Kudelski affirme que la Suisse est une cible de choix pour les cyber-pirates.

André Kudelski

André Kudelski Image: Archives/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les Etats ne sont pas suffisamment préparés à affronter la cybercriminalité, estime André Kudelski, directeur général du spécialiste éponyme vaudois de la sécurisation des contenus numériques et interactifs. «On a tort de n'y voir qu'une question technologique».

«En réalité, c'est plus complexe», a indiqué l'entrepreneur vaudois dans une interview accordée au Matin Dimanche, dans le cadre du Forum économique mondial (WEF) à Davos (GR), qui s'est terminé samedi. «Ici aussi, la numérisation fait son travail, en reliant toutes nos activités aux objets de la vie.»

«Internet est devenu une porte d'entrée pour agir sur des biens physiques, comme prendre le contrôle d'une centrale électrique ou voler des dossiers médicaux», explique André Kudelski dans les colonnes de l'hebdomadaire dominical romand. «Et même prendre le contrôle d'un missile.»

Entité dédiée chez Kudelski

«Les possibilités sont devenues très attractives pour des pirates à la recherche d'exploits», avertit l'entrepreneur de Cheseaux-sur-Lausanne (VD). «Tout récemment, j'ai constaté, à la suite d'une attaque du réseau électrique en Ukraine, que ce pays était mieux protégé que bien des pays développés.»

Et la Suisse, à ses yeux, constitue une cible, «car notre richesse est attrayante». «Les pirates sont souvent motivés par des éléments économiques», ajoute André Kudelski, en précisant que l'entité dédiée à la cybercriminalité de son entreprise se développait bien. L'activité devrait rapidement être étendue au-delà de la Suisse. (ats/nxp)

Créé: 24.01.2016, 11h16

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.