Passer au contenu principal

«Chez m­oi, les écrans sont interdits aux plus petits»

Comment les parents gèrent-ils le temps passé par leurs enfants devant une télévision, une tablette ou un smartphone?

Mike Mitchell / Unsplash

C'est une première mondiale: ce mercredi 24 avril 2019, à 15h30, l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) a communiqué sur le temps d'écran maximal recommandé pour les enfants de moins de cinq ans. En attendant, nous avons sollicité nos lecteurs sur leur façon de gérer les temps d'écrans de leurs petits.

----------

Lire aussi: «L’important, c’est de fixer un cadre et accompagner»

----------

Face aux écrans, il y a presque autant de méthodes différentes que de familles. C’est ce qui ressort d’un questionnaire réalisé par le biais des réseaux sociaux. Trois types d’attitudes ressortent toutefois: les parents qui ne contrôlent rien, ceux qui tolèrent avec certaines restrictions (les plus nombreux) et ceux qui ne transigent pas sur les écrans.

Esther appartient à cette dernière catégorie. «Mons fils a 3 ans. Pour lui, il n’y a ni télévision ni smartphone. Ça prend de l’énergie, mais nous avons décidé de repousser le contact avec les écrans le plus tard possible.» Idem pour Véro «Mes deux enfants ont 3 ans et 16 mois, et je ne leur accorde aucun temps d’écran. Ils sont trop jeunes et c’est inutile.» Si Aline a elle aussi fait ce choix, c’est «pour leur faire profiter et découvrir les plaisirs simples de la vie, loin de tous ces écrans nocifs dont ils abuseront assez plus tard». Catégorique, Chris lance un «Pas d’écran du tout avant 5 ans. Les enfants peuvent très bien regarder des livres, faire des dessins, jouer, chanter ou aider les parents dans des petites choses. Ils n’ont pas besoin d’être hypnotisés. Ce n’est pas bien pour leur âge! Je me demande si cela n’est pas plutôt un besoin des parents.»

----------

Lire aussi: Pas d’écran jusqu’à 2 ans

----------

À l’opposé de ce principe éducatif, Tony explique qu’il n’y a chez lui pas de restriction particulière. «Mes filles ont le droit de regarder des écrans quand il n’y a rien à faire. Et nous ne faisons pas de distinction entre jeux, films ou réseaux sociaux. Mais ça dépasse rarement une heure d’utilisation.» En clair, ça ne les empêche pas de jouer dehors. Pour Gilles, il vaut mieux que les enfants se mettent très vite à l’utilisation des écrans. «Les métiers du futur seront liés à ça. Ce qui n’empêche pas les parents de bosser sur la culture générale, qui est très, très lacunaire chez les enfants.»

Entre ces deux visions, l’attitude la plus courante de nos lecteurs reste toutefois celle des parents qui font du «non, mais». Ainsi, Maria n’autorise ni smartphone ni tablette mais est d’accord de laisser son enfant de 5 ans regarder trente minutes de dessins animés adaptés à son âge. «Ma fille de bientôt 2 ans ne regarde que la télé le matin et le soir, en prenant son biberon, confesse une autre maman. Le soir, par exemple, elle sait que c’est deux épisodes et une chanson.» Soo, elle, fait de la télévision une petite récompense. «Nos jumelles de 3 ans et demi ont droit à un épisode de quinze minutes le soir. Mais seulement si l’assiette du souper est terminée. Un peu d’écran permet à mes filles de rêver et d’être créatives. Alors pourquoi je les en priverais?»

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.