Enquête sur de faux comptes «gilets jaunes»

High-TechSelon le «Times», des faux comptes tenus par la Russie sur les réseaux sociaux cherchent à amplifier la révolte en France.

Ces comptes diffusent des photos de personnes blessées par la police mais n'ayant rien à voir avec les manifestations des «Gilets jaunes».

Ces comptes diffusent des photos de personnes blessées par la police mais n'ayant rien à voir avec les manifestations des «Gilets jaunes». Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les autorités françaises ont lancé des vérifications après la multiplication de faux comptes destinés à amplifier, sur les réseaux sociaux, la contestation portée par les «gilets jaunes», a-t-on appris samedi de sources proches du dossier. C'est le Secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale (SGDSN) qui est en charge de coordonner les vérifications en cours, a expliqué cette source.

Les services français sont attentifs à la manipulation de l'information mais il est trop tôt pour se prononcer sur les allégations du «The Times», indique une autre source proche du dossier. Le quotidien britannique assure que des centaines de faux comptes alimentés par la Russie cherchent à amplifier la révolte des «gilets jaunes». C'est un sujet qui nécessite des investigations lourdes et complexes, précise-t-on.

Selon «The Times», qui cite des analyses menées par la société de cybersécurité New Knowledge, quelque 200 comptes Twitter diffusent des photos et des vidéos de personnes grièvement blessées par la police, des supposés «gilets jaunes». Mais ces images datent d'événements n'ayant rien à voir avec les manifestations qui se déroulent en France depuis plusieurs semaines.

Après plus de trois semaines de mobilisation, le mouvement des «gilets jaunes» a organisé samedi une nouvelle journée d'action émaillée de violences. Pour répondre aux revendications de ce mouvement né sur les réseaux sociaux, le gouvernement français a notamment renoncé à une hausse des taxes sur les carburants, prévue pour janvier 2019. (ats/nxp)

Créé: 09.12.2018, 00h27

Galerie photo

Les «Gilets jaunes»: les violences continuent

Les «Gilets jaunes»: les violences continuent Né le 18 octobre 2018, le mouvement protestait contre la hausse des prix du carburant annoncé par le gouvernement qui, depuis, a reculé. Mais il représente une colère sociale plus large.

Articles en relation

«Gilets jaunes» IV: 1723 interpellations

France L'Hexagone a vécu une quatrième journée de violence. Les forces de l'ordre étaient cette fois très actives. Plus...

Trump mélange «gilets jaunes» et accord de Paris

Etats-Unis Le président américain, qui n'en est pas à une contradiction près, a réagi à sa manière sur les manifestations des «gilets jaunes», samedi. Plus...

Revivez l'acte IV des gilets jaunes

France L'Hexagone se préparait samedi à une nouvelle journée de manifestations des «gilets jaunes». Suivez en direct les événements. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.